Le RNDDH s’adresse au Chef de l’Etat au sujet d’un conseiller de son épouse recherché par la justice américaine

Publié le vendredi 22 février 2013

Port-au-Prince, le 18 février 2013

Son Excellence Monsieur Michel Joseph MARTELLY
Président de la République d’Haïti
Palais National
En ses bureaux.-

Lettre ouverte

Monsieur le Président de la République,

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), engagé dans la lutte pour l’établissement d’un Etat de Droit en Haïti, s’empresse de porter à votre plus haute attention, un cas qui mérite de votre gouvernement une prompte intervention, ce, en vue de lancer le signal clair de votre volonté d’éradiquer effectivement l’impunité dans le pays en général, et dans votre entourage en particulier.

Le dossier dont il s’agit concerne Karl JEAN-JEUNE, aujourd’hui, l’un des conseillers de la Première Dame Sophia MARTELLY alors qu’il est considéré comme un fugitif et est recherché par la Justice Américaine.

Monsieur le Président de la République,

Selon les informations fournies au RNDDH, Karl JEAN-JEUNE travaillait à titre de caissier à la Washington Mutual Bank, aujourd’hui Chase Bank, une institution financière américaine au détriment de laquelle il a commis les crimes de Grand Theft et de Organized Scheme to Defraud. En effet, du 4 mai au 3 août 2007, Karl JEAN-JEUNE s’est adonné à des transactions frauduleuses et a volé un total de vingt huit mille sept cents dollars américains et 00/100 ($28.700) selon les opérations suivantes :

 Le 4 mai 2007, il a volé mille (1000) dollars ;
 Le 7 mai 2007, sept cents (700) dollars ;
 16 mai 2007, huit mille (8000) dollars ;
 Le 31 mai 2007, deux mille (2000) dollars ;
 Le 21 juin 2007, quatre mille (4000) dollars ;
 Le 5 juillet 2007, quatre mille (4000) dollars ;
 Le 19 juillet 2007, cinq mille (5000) dollars ;
 Le 3 août 2007, quatre mille (4000) dollars.

Sur la base des statuts 812.014 (2B) et des statuts 817.034 (4A1), de l’Etat de Floride, Karl JEAN-JEUNE a été accusé de vol d’envergure (Grand Theft) et de fraude organisée (Organized Scheme to Defraud), deux (2) crimes financiers commis au détriment de la Washington Mutual Bank.

Il convient de souligner que Grand theft ou vol d’envergure est utilisé par la Justice Américaine pour établir la gravité des crimes associés au vol, notamment en raison de l’importance du montant dérobé. De plus, le vol d’envergure et la fraude organisée sont deux (2) infractions qui, au regard de la Législation Américaine, ouvrent la voie aux peines de prison, aux amendes et, dans la plupart des cas, à la restitution de la somme soustraite.

Une copie des transactions informatiques réalisées par Karl JEAN-JEUNE ainsi qu’une copie de la vidéo captée par la caméra de surveillance, montrant Karl JEAN-JEUNE substilisant de l’argent à la banque sont utilisées pour confondre ce dernier.

Le 29 août 2007, il est arrêté et emmené à la prison du Comté de Palm Beach. Il a volontairement déclaré sous serment avoir volé les montants susmentionnés aux dates susdites. Il a aussi affirmé que son véhicule d’alors, son portable ainsi que son détecteur de radar ont été achetés avec le montant qu’il a illégalement subtilisé à la banque.

Face à la pertinence des faits, Karl JEAN-JEUNE a plaidé coupable et a sollicité la signature d’un accord, demande qui a été agréée par la Cour le 6 février 2008. Selon cette entente, une période probatoire de six (6) ans est accordée à Karl JEAN-JEUNE. Il est aussi condamné à payer une amende et à restituer la totalité de la somme dérobée à la Washington Mutual Bank, dont deux mille dollars américains et 00/100 ($ 2.000) à la signature de l’entente et quatre cents dollars américains et 00/100 ($ 400) par mois. La probation devait prendre fin en 2014. Cependant, entre temps, il est rentré en Haïti pour prendre part à la campagne électorale ayant débouché sur votre élection à la tête de la Magistrature Suprême de l’Etat. Il occupe aujourd’hui la prestigieuse fonction de Conseiller auprès de la Première Dame Sophia MARTELLY.

Monsieur le Président de la République,

Le RNDDH déplore le fait que vous comptez aujourd’hui encore auprès de vous, plusieurs individus dangereux, recherchés par la Justice en raison de leur implication dans la perpétration de crimes non encore élucidés. La présence de ces individus dans votre entourage jette le doute quant à la volonté politique réelle de votre gouvernement d’œuvrer pour combattre l’impunité et pour faire régner la Loi.

De plus, la manière dont votre Conseiller, Mercidieu Calixte VALENTIN, impliqué dans l’assassinat le 18 avril 2012 de Octanol DERISSAINT, a été blanchi par la Justice haïtienne prouve s’il en était besoin, que l’impunité tend à devenir la règle en Haïti, pour peu que les personnes incriminées gravitent autour de vous ou autour des hommes et des femmes influents de votre gouvernement. Conséquemment, aujourd’hui, c’est à vous qu’il revient de démontrer à la population haïtienne que vous ne tolérerez aucun déviant à vos côtés.

En ce sens, le RNDDH vous recommande vivement d’intervenir pour exiger le renvoi immédiat de Karl JEAN-JEUNE du poste qu’il occupe auprès de la Première Dame de la République.

Espérant que prompte suite sera accordée à la présente, le RNDDH vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’expression de sa très haute considération.


Pierre ESPERANCE
Directeur Exécutif