Les organisations haïtiennes des droits humains prennent acte de la démission de Me Néhémy JOSEPH au sein du CSPJ

Publié le lundi 18 février 2013

Les organisations haïtiennes de promotion et de défense des droits humains saluent le courage de Me. Néhémy JOSEPH pour sa contribution prestigieuse au sein du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) où il remplissait les fonctions de Porte parole durant les derniers 8 mois.

Cet acte est d’autant plus important à souligner dans un contexte où se font de plus en plus rares en Haïti des hommes et femmes animés de convictions pour défendre les principes fondamentaux de la Démocratie et de la moralité publique en Haïti.

En conséquence, les organisations signataires de la présente apprécient à sa juste valeur la détermination de ce vaillant et brillant avocat du Barreau des Gonaïves et sa ténacité dans la lutte pour la mise en place d’un Pouvoir Judiciaire véritable et indépendant.
Les organisations de droits humains notent que le retrait de Me Néhémy JOSEPH survient dans un contexte marqué par les pressions de l’Exécutif et les agissements du président du CSPJ, Me Arnel ALEXIS, dont la légitimité est décriée. A cela s’ajoute la désolidarisation de nombre de membres de la fédération des Barreaux d’Haïti, qui n’ont pas su défendre les principes de la démocratie républicaine.

Les signataires de cette note observent aussi le manque de leadership de Me Arnel Alexis à la tête du CSPJ, notamment dans la désignation des trois (3) personnes devant représenter le Pouvoir Judiciaire au sein du Conseil Electoral. De plus, ce dernier est en perte de légitimité au sein de l’institution et la société à cause de son irrespect face aux lois Républicaines, dont la Loi portant création du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire. Les organisations signataires rappellent également que Me Arnel Alexis JOSEPH a été décrié par le Sénat de la République pour son accession de manière irrégulière à la Cour de Cassation, la plus haute instance Judiciaire du pays, dans une résolution du 3 Octobre 2012.

Les organisations de promotion et de défense des droits humains encouragent la population haïtienne en général et les mouvements Sociaux en particulier à apprécier le courage et la conviction de Me Néhémy JOSEPH pour son travail remarquable au sein du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et les invitent également à redoubler d’engagement dans leur lutte pour l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Les organisations haïtiennes de promotion et de défense des droits humains et demandent au corps législatif d’élaborer et d’adopter une loi interprétative des articles portés à confusion dans la Loi créant le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) pour pallier définitivement à problème de la double interprétation.

Port-au-Prince, le 16 Février 2013

Suivent les signatures :

- Plateforme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains (POHDH) :
Centre de recherche et de formation économique et sociale pour le développement, CRESFED,
Commission épiscopale nationale justice et Paix, JILAP,
Groupe d’Alternatives et de Justice (ci-devant Groupe d’Assistance Juridique), GAJ
Institut Culturel Karl Lévêque, ICKL
Programme pour une Alternative Justice, PAJ
Réseau National de Défense des Droits Humains, RNDDH,
Sant Karl Lévêque, SKL

- Centre œcuménique des droits humains, CEDH

- Kay Fanm

- Mouvement des femmes haïtiennes pour l’éducation et le développement, MOUFHED

- Solidarité des femmes haïtiennes, SOFA

- Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés, GARR

Pour authentification :

Antonal MORTIMÉ

Secrétaire Exécutif de la POHDH