> Actualité > Des secteurs de l’opposition maintiennent leur mot d’ordre de manifestation (...)

Haïti-Politique

Des secteurs de l’opposition maintiennent leur mot d’ordre de manifestation le 18 novembre

Une contre-manifestation pro-gouvernementale projetée le même jour

Publié le mercredi 13 novembre 2013

(Dépêche corrigée)

Le Mouvement National des Organisations Populaires (MONOP, proche de Lavalas) dirigé par André Fadot, a dénoncé mercredi, en conférence de presse, les violences exercées jeudi dernier à Port-au-Prince contre des manifestants anti-gouvernementaux.

Le MONOP relève qu’au moins trois personnes avaient été blessées par balle et jets de pierres. Le coordonnateur de l’organisation, André Fadot, dénonce le pouvoir et ses partisans en ce qui concerne ces violences.

Fadot annonce que les organisations membres du MONOP manifesteront à nouveau le 18 novembre à la capitale en vue d’exiger le départ du président Martelly. Il en a profité pour démentir que le mouvement auquel il appartient veuille faire usage de la délicate question de couleur pour atteindre ses objectifs.

La plupart des organisations et partis politiques faisant partie de l’opposition ont annoncé des manifestations contre le président Martelly le 18 novembre, jour de la Bataille de Vertières (1803), la dernière ayant consacré la victoire de l’armée indigène contre le corps expéditionnaire français.

La Coordination nationale des sociétaires victimes des coopératives (CONASOVIC) de Rosemond Jean annonce une contre-manifestation le même jour en soutien au président Martelly. Selon Rosemond Jean cette manifestation sera dirigée contre, à la fois, le Mouvement National de l’Opposition Démocratique (MOPOD) et Lavalas (de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide) qu’il accuse d’avoir reçu 50 millions de dollars de l’étranger pour déstabiliser le gouvernement. Rosemond Jean sollicite une enquête de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) sur le président du Sénat, Simon Dieuseul Desras qui serait en train de construire, dit-il, 3 maisons à la fois.

Au Cap-Haïtien (Nord), la police a fait savoir aux membres de l’opposition qui ont appelé à la manifestation, qu’elle ne pourra pas garantir la sécurité des manifestants vu qu’une bonne partie de son effectif sera engagée dans la sécurité des cérémonies officielles prévues à l’occasion du 18 novembre. Y voyant une manoeuvre politique, l’un des dirigeants du MOPOD dans le Nord, l’ancien député de Quartier Morin/Limonade, Hughes Célestin, a déclaré que la manifestation se tiendra "perfas et nefas". [jmd/RK]

N.D.L.R. Le sénateur John Joel Joseph ne dirige pas le MONOP, mais plutôt le MOPAM.