> Actualité > L’accusateur de la famille présidentielle, Enold Florestal, arrêté

Haïti-Politique-Justice

L’accusateur de la famille présidentielle, Enold Florestal, arrêté

Sévèrement molesté lors de son arrestation, au Champ de Mars, en compagnie d’une aspirante policière, selon ses avocats et les défenseurs des droits humains, l’ancien militant de la KID avait à ses trousses le juge d’instruction Lamarre Bélizaire qui, au nom du pouvoir, chercherait à l’associer -de même que son frère Josué Florestal, déjà écroué- à la mort par balle en 2010 du jeune étudiant Frantzy Duverseau

Publié le samedi 17 août 2013

Enold Florestal, principal accusateur de la famille présidentielle pour corruption présumée, a été arrêté et placé en garde à vue vendredi soir au commissariat de police de Port-au-Prince dans le cadre de l’exécution d’un mandat d’amener décerné contre l’intéressé par le juge instructeur controversé, Lamarre Bélizaire, qui l’aurait soupçonné d’implication dans un incident meurtrier, il y a environ deux ans.

Selon ce qu’a constaté Radio Kiskeya, le magistrat s’est rendu peu après l’arrestation au commissariat où il a interrogé le prévenu durant de longues minutes.

De sources combinées, nous avons appris que M. Florestal a été appréhendé violemment par la police judiciaire au Champ de Mars (centre de la capitale) pendant qu’il allait à la rencontre d’une amie, Beata St-Jour. Aspirante policière, qui venait de laisser l’académie de police nationale pour aller passer le week-end en famille, la demoiselle se trouvait également aux mains de la police.

Les avocats du prévenu, Mes André Michel et Newton St-Juste, engagés dans la même cause que lui, et le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, accusent la police d’avoir usé de la manière forte lors de l’arrestation et le juge Lamarre Bélizaire d’être un suppôt de l’Exécutif.

Josué Florestal, frère de celui qui a endossé en justice la plainte contre l’épouse du chef de l’Etat, Sophia Martelly, et son fils Olivier -accusés tous deux de détournement de fonds et d’usurpation de titre- avait été épinglé à son travail le mois dernier et incarcéré depuis en relation avec un incident qui avait coûté la vie à un étudiant, Frantzy Duverseau. Celui-ci, qui était le beau-frère d’Enold Florestal, avait été abattu dans des circonstances non encore élucidées, le 18 octobre 2010, lors d’une descente policière réalisée suite à une violente dispute familiale.

Revenue sur sa version originelle des faits, la famille Duverseau a récemment réactivé le dossier dans lequel les deux Florestal, farouchement opposés au pouvoir actuel, sont désormais visés. Tout comme un de leurs amis, Me André Michel, également dans le collimateur du juge Lamarre Bélizaire qui a délivré contre lui un mandat d’amener pour le même incident meurtrier.

Contraint de se mettre à couvert, le jeune avocat et militant politique -qui avait échappé in extremis à une tentative d’arrestation en juillet dans l’enceinte de son cabinet- décline toute responsabilité dans la mort de Frantzy Duverseau et accuse le juge Bélizaire d’avoir orchestré une campagne de persécutions politiques à la solde du gouvernement Martelly/Lamothe.

Plusieurs organisations haïtiennes et internationales de défense des droits humains ont également dénoncé les dérives autoritaires de l’Exécutif et pointé du doigt le magistrat présenté comme un zélé partisan du pouvoir qui aurait intégré le système judiciaire en dehors des normes en vigueur.
spp/Radio Kiskeya

Enold Florestal au Parquet

Réactions de Me Newton Saint-Juste

Réactions de Me André Michel

Réactions de Pierre Espérance du RNDDH