> Actualité > Affaire Jean Dominique : René Préval a été entendu au cabinet d’instruction

Haïti-Presse-Assassinat

Affaire Jean Dominique : René Préval a été entendu au cabinet d’instruction

Aucune révélation de l’ex-Chef de l’Etat soutenu par l’ancien Sénateur Joseph Lambert et l’ex-ministre Mario Dupuy ; l’ancien Président exprime, par ailleurs, sa solidarité aux vénézuéliens après la disparition d’Hugo Chàvez

Publié le jeudi 7 mars 2013

L’ancien Président René Préval s’est présenté jeudi au cabinet d’instruction où, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat, en 2000, du journaliste Jean Léopold Dominique, il a répondu aux questions du juge Ivickel Dabrésil avant d’exprimer sa solidarité au peuple vénézuélien à la veille des funérailles du Président Hugo Chàvez prévues vendredi à Caracas.

Accompagné seulement de son épouse Elisabeth Débrosse Préval et de ses gardes du corps, le prédécesseur de Michel Martelly, arrivé sur place avant sept heures du matin, a mis en avant le "secret de l’instruction" pour ne rien révéler d’une audition qui a duré plusieurs heures.

Avare de déclarations, M. Préval s’est contenté d’ajouter qu’il allait rendre immédiatement une visite à l’ambassadeur vénézuélien en Haïti, Pedro Antonio Caniño Gonzalez, afin de lui faire part de ses sympathies à l’occasion de la mort d’Hugo Chàvez.

L’ancien dirigeant haïtien entretenait d’excellentes relations personnelles avec le leader bolivarien qui, au cours du deuxième mandat présidentiel de René Préval (2006-2011), avait intégré Haïti dans l’accord énergétique Petrocaribe qui lui a permis de recevoir une importante aide bilatérale de plusieurs centaines de millions de dollars.

Un imposant dispositif de sécurité impliquant des policiers de l’USGPN, du Cat Team et de la CIMO a été mis en place pour la comparution au cabinet d’instruction de l’ex-Chef de l’Etat marquée par la présence de l’ex-Sénateur Joseph Lambert et de l’ancien ministre de la culture, Mario Dupuy, venus tous deux apporter leur soutien à l’intéressé.

Conseiller spécial de l’actuel Président Michel Martelly, M. Lambert, qui a présenté René Préval comme son "mentor", a catégoriquement rejeté l’idée d’une instrumentalisation de la justice dans le dossier Jean Dominique au lendemain d’une sortie fracassante de l’ancienne plateforme présidentielle INITE qui a mis en garde contre des persécutions politiques et accusé Michel Martelly de mettre en place un "plan de restauration du régime macoute".

Cette affaire, qui a refait surface, pourrait également conduire le juge instructeur Ivickel Dabrésil à interroger un autre ancien Président, Jean-Bertrand Aristide.

Célèbre journaliste, directeur de Radio Haïti Inter et proche conseiller de René Préval, Jean Dominique avait été abattu par un commando en compagnie du gardien de sa station, Jean-Claude Louissaint, le 3 avril 2000. spp/Radio Kiskeya