> Actualité > Mobilisation de lavalas en appui à l’ancien président Aristide invité au (...)

Haïti-Justice-Politique

Mobilisation de lavalas en appui à l’ancien président Aristide invité au Parquet suite à des plaintes

Des anciens militaires portent à leur tour plainte contre l’ancien chef de l’Etat

Publié le mercredi 9 janvier 2013

Les secteurs lavalas continuaient mardi de se mobiliser et de lancer des appels au ralliement en appui à l’ancien président Jean-Bertrand Aristide attendu ce mercredi au Parquet.

L’ancien président doit en effet y répondre de deux plaintes portées contre lui, l’une concernant sa gestion de son œuvre sociale « La Fanmi Se Lavi » et les rapports qu’il a eus avec les pensionnaires de celle-ci et l’autre relative à son implication présumée dans la faillite des coopératives qui offraient des avantages effarants à leurs sociétaires.

Une troisième plainte est venue mardi s’ajouter aux deux premières. C’est celle d’un groupe de sous-officiers des Forces Armées d’Haïti (FAD’H) pour la dissolution inconstitutionnelle de l’armée par Aristide en 1994 et les graves conséquences qui en ont découlées, dont l’assassinat de plusieurs hauts gradés.

Certains des plaignants, dont Thélusma Sony, dit Ti Sonny (La Fanmi Se Lavi) et Rosemond Jean (du secteur des coopératives), dénoncent des menaces de mort contre leur personne.

Les organisations lavalas projettent d’organiser un grand rassemblement mercredi dans les parages du siège du Parquet , à la Cité de l"exposition (Bicentenaire).

L’ancien chef de l’Etat avait boudé une première invitation du parquet la semiane dernière.

Intervenant mardi dans le dossier, le sénateur du Nord, Moïse Jean Charles, pointe du doigt la présidence de la République dans ce qu’il assimile à des « persécutions » lancées contre le leader lavalas qui n’a fait aucune apparition publique depuis son retour de 7 ans d’exil à Bangui (Centrafrique), à la Jamaïque et en Afrique du Sud. Le parlementaire se montre également très critique vis-à-vis du plaignant Ti Sony qu’il accuse d’être manipulé par le pouvoir. [jmd/RK]