> Actualité > Les protestations tournent au drame à Jérémie : Un mort et trois blessés par (...)

Haïti-Infrastructures-Violences

Les protestations tournent au drame à Jérémie : Un mort et trois blessés par balle

La résidence de la mère du chef du parquet a été incendiée et plusieurs policiers blessés à coups de pierres par des manifestants que le pouvoir a tenté de calmer en annonçant le renvoi de la firme brésilienne OAS et le redémarrage prochain des travaux de construction du tronçon Jérémie/Cayes

Publié le vendredi 30 novembre 2012

Une personne a été tuée, trois autres blessées par balle et la résidence de la mère du chef du parquet incendiée vendredi à Jérémie (Grand’Anse, sud-ouest) où les protestations continues pour la reprise de travaux d’infrastructures routières ont dégénéré en violents affrontements avec la police, dont les renforts venus de Port-au-Prince ont rencontré l’hostilité de la population.

Hilder Victor, un commerçant, a été mortellement touché en pleine rue dans le quartier de Sainte-Hélène où des agents de la CIMO (Compagnie d’intervention et de maintien d’ordre) dispersaient brutalement des manifestants. Tirant à hauteur d’homme, selon divers témoignages, ils ont également fait trois blessés.

Réagissant avec colère, les protestataires -qui réclament depuis mardi la relance des travaux de construction de la route Jérémie/Cayes devant l’éventuel départ définitif de la firme brésilienne OAS- ont attaqué à coups de pierres les policiers.

Plusieurs agents de l’ordre ont été blessés, a indiqué le délégué de la Grand’Anse, Norman Wiener, qui précise que les manifestants ont été piqués au vif en apprenant l’arrivée d’un détachement de la CIMO venu mater le mouvement.

Une action de représailles condamnable a, par ailleurs, conduit certains à incendier la maison de la mère du commissaire du gouvernement de Jérémie, Me Antoine Rosny Saint-Louis. Aucune victime n’a été déplorée.

A Port-au-Prince, le ministre des travaux publics, Jacques Rousseau, a annoncé la résiliation du contrat passé entre l’Etat haïtien et OAS et le redémarrage sous peu du chantier.

Depuis plusieurs mois, la compagnie brésilienne a discontinué les travaux portant sur la construction d’un tronçon de 70 kilomètres pour un montant de 95 millions de dollars.

Des rumeurs sur le rapatriement imminent des équipements de la firme ont déclenché une tempête de protestations à Jérémie où la population a laissé éclater ses frustrations. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul