> Actualité > Violentes protestations à Grand-Goâve contre la gestion post-cyclonique

Haïti-Troubles

Violentes protestations à Grand-Goâve contre la gestion post-cyclonique

Fulminant de colère, des citoyens, opposés au maintien du maire Joseph Pierre Salam, ont érigé des barricades sur la nationale #2 pour souligner à l’attention du pouvoir que les rivières restent ensablées et que les corps de cinq personnes mortes depuis le passage, en octobre, de l’ouragan Sandy attendent toujours d’être inhumés

Publié le mercredi 21 novembre 2012

Un violent mouvement de protestation à Grand-Goâve (environ 50 km au sud de Port-au-Prince) contre l’inaction du gouvernement Martelly/Lamothe depuis le passage du cyclone Sandy a paralysé, pendant une bonne partie de la journée de mercredi, la circulation sur la nationale #2 où des barricades de pneus enflammés ont été érigées.

Des jets de pierres ont été également enregistrés sur cet axe routier stratégique qui relie cinq départements.

Réclamant, comme ils l’ont déjà fait en vain, le curage des rivières et l’aide des autorités en vue d’organiser les funérailles de cinq personnes emportées par l’ouragan, fin octobre, les protestataires ont aussi appelé au départ de l’agent exécutif intérimaire Joseph Pierre Salam. Ils l’accusent de pratiquer une gestion malsaine à la mairie de Grand-Goâve.

L’intervention de la police a finalement permis de rétablir la circulation automobile sur la route nationale #2.

Un peu partout dans les différents départements touchés par le passage de Sandy ou les récentes inondations, des voix continuent de s’élever contre l’absence d’interventions post-désastre du gouvernement qui a pourtant décrété un mois d’état d’urgence à l’échelle nationale et annoncé le déblocage de cinq milliards de gourdes au profit des populations affectées. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul