> Actualité > Des bandits tuent un prédicateur et en blessent un autre, à Delmas (...)

Haïti-Insécurité

Des bandits tuent un prédicateur et en blessent un autre, à Delmas 6

Castan Louis-Vil, qui promouvait la paix dans cette zone à hauts risques, a été abattu dans sa résidence tandis que John Jules a été légèrement atteint par un projectile

Publié le vendredi 12 octobre 2012

Des bandits, qui sèment la terreur depuis des mois au bas de Delmas et au Bel-Air (centre-ouest de Port-au-Prince), ont assassiné un jeune prédicateur à son domicile et en ont blessé un autre, dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris sur place Radio Kiskeya.

Le drame s’est produit à Delmas 6 où Castan Louis-Vil a été abattu en tentant de se défendre contre des individus armés qui avaient investi sa maison.

Il était connu dans le quartier comme un fervent évangéliste qui enseignait les vertus de la paix et de la solidarité aux jeunes et essayait toujours de les dissuader de commettre des actes répréhensibles contre la population.

Un deuxième prédicateur, John Jules, a été pour sa part légèrement touché.

Une fillette a miraculeusement échappé à la fureur des bandits.

Retraçant les circonstances de l’assassinat, la sœur de la victime, Stéphanie Louis-Vil, John Jules ainsi qu’un voisin, Frantz Pierre-Louis, ont raconté que M. Louis-Vil a été tué de deux balles en se débattant dans un corps à corps avec l’un des hommes armés. Choqués à l’extrême, ils appellent à l’intervention célère des forces de l’ordre en vue de mater l’insécurité criminelle qui est en train de tuer la vie dans tout un secteur de la capitale.

Ce nouvel incident meurtrier, intervenu au cours d’une nuit ponctuée de tirs, a provoqué une vive tension au bas de Delmas où des scènes de panique ont encore marqué la journée de vendredi.

En dépit des annonces renouvelées des responsables sécuritaires concernant des interventions visant à rétablir l’ordre dans les quartiers de Delmas 2, 4, 6, de Sans-Fil et du Bel-Air livrés aux gangs rivaux, les riverains n’ont le choix qu’entre l’exode et la soumission à la terreur. spp/Radio Kiskeya