> Actualité > Martelly, simple « spectateur » devant le revirement du CSPJ

Haïti-Elections-Crise

Martelly, simple « spectateur » devant le revirement du CSPJ

Publié le mercredi 10 octobre 2012

Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Théano, a implicitement fait savoir mercredi que l’Exécutif ne reconnaissait pas l’élection des nouveaux représentants du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire au Conseil électoral provisoire en affirmant que le chef de l’Etat n’entendait pas, au nom de l’indépendance du CSPJ, rapporter l’arrêté de nomination des trois anciens conseillers présentés comme des « juges électoraux inamovibles ».

Arguant que le chef de l’exécutif veut, à tout prix, éviter de s’immiscer dans les décisions du CSPJ le ministre révèle que les diverses consultations reçues ont montré que ce serait un mauvais précédent si le Président Michel Martelly acceptait l’idée de contraindre à partir les trois concernés devenus, comme les membres de la Cour de cassation, des « juges inamovibles ».

Interrogé sur la volonté ou non de l’Exécutif de porter l’un de ses représentants, le président provisoire du CEP, Me Josué Pierre-Louis, à tirer sa révérence en raison de son passé controversé, Ralph Théano s’est employé à le défendre et à mettre en relief sa compétence académique. « Avez-vous décidé qu’il ne doit plus occuper aucun poste dans ce pays ? », a-t-il demandé aux journalistes en tentant d’innocenter celui qui, à cause de sa responsabilité dans l’arrestation, en octobre 2011, du Député Arnel Bélizaire, avait du démissionner de son poste de ministre de la justice pour échapper à une interpellation au Sénat. spp/Radio Kiskeya