> Actualité > Terrible accident à Port-au-Prince : Trois morts et une quarantaine de (...)

Haïti-Catastrophe

Terrible accident à Port-au-Prince : Trois morts et une quarantaine de blessés

Un minibus de transport public au système de freinage défaillant est à l’origine de cet énième drame de la circulation enregistré à Poste-Marchand

Publié le vendredi 21 septembre 2012

Un terrible accident de la circulation a fait au moins trois morts et une quarantaine de blessés, dont une quinzaine dans un état grave, vendredi en fin d’après-midi à Poste-Marchand (centre de la capitale) où un minibus dont les freins ont lâché a brutalement terminé sa course dans ce quartier commercial exigu et très fréquenté.

Selon les témoignages recueillis sur place par Radio Kiskeya, le véhicule de transport en commun, qui desservait le circuit Delmas/Portail Léogâne, descendait l’avenue Poupelard lorsqu’il s’est mis, à hauteur de l’église Saint-Antoine, à dévaler la pente de cette route à forte déclivité. Il a heurté de plein fouet passants et badauds avant de foncer sur des marchands et marchandes agglutinés sur le trottoir.

Une des victimes est décédée sur-le-champ et les deux autres à leur arrivée à l’hôpital général.

Débordés, de jeunes médecins administraient les premiers soins aux blessés dont certains, dans un état sérieux, étaient installés à même le sol au service d’urgence de l’HUEH à peine reconnaissable.

Le chef du parquet de Port-au-Prince, Me Jean Renel Sénatus, s’est rendu sur les lieux de l’accident où il observait les interventions d’agents de la Police Nationale et de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), venus prêter main forte à la protection civile.

Egalement présent, le délégué départemental de l’ouest, Gonzague Edner Day, a confirmé le bilan des victimes tout en déplorant les dysfonctionnements du service d’inspection des véhicules auxquels il attribue ce nouveau drame. Ce service sera bientôt réactivé, a-t-il promis en révélant qu’après l’énorme tragédie de janvier dernier à Delmas, les mesures gouvernementales de contrôle alors annoncées n’avaient pas connu de suivi.

Un poids lourd fou avait causé la mort d’une quarantaine de personnes en passant à la moulinette tout ce qui se trouvait sur son passage.
spp/Radio Kiskeya