> Editoriaux > Retraite de la Côte des Arcadins versus Recul du projet démocratique (...)

Haïti-Editorial

Retraite de la Côte des Arcadins versus Recul du projet démocratique !

La 49ème législature a pris le train de la tradition !

Publié le lundi 17 septembre 2012

Dans la plus stricte tradition de la soumission du parlement haïtien au pouvoir exécutif, la 49ème législature vient de renoncer à son autonomie et de se passer la corde au cou. Dans ce contexte d’affirmation aveuglante de la volonté de rétablir le pouvoir autoritaire, une majorité de députés vient donc de souscrire activement à ce projet en s’engageant à lui apporter désormais la caution législative et légale indispensable.

Mais, il ne s’agira pas uniquement de politique. En plus des gains politiques, des gains matériels sont à escompter ! Politiques : perspective de réélection des uns et des autres garantis par les investissements dans les communes, suite au déblocage des 10 millions. Dans plusieurs communes, ce seront les agents intérimaires de l’exécutif proposés par des députés qui auront la haute main sur les projets à exécuter. Dans, d’autres, ce seront plutôt des affidés du pouvoir qui auront la partie belle. Matériels : des gains économiques sont à considérer. On sait bien que le moment est au brassage et il ne manque pas de brasseurs dans la brasserie !

La question à se poser maintenant : quel sera le rapport entre les agents intérimaires alliés des députés et les agents intérimaires au service exclusif de l’Exécutif. Selon ce rapport, on risque d’assister à des situations telles que, en certains endroits, il y aura apaisement. En d’autres, ce pourrait être la tension.

Ce qu’il revient de retenir de l’aboutissement de la retraite de Côte des Arcadins c’est la consécration de la division en deux du parlement haïtien. Désormais, il faudra parler séparément de la Chambre des députés et du Sénat. Qu’importe ce que prescrit la constitution amendée concernant la représentation du parlement (et non de chaque chambre séparément) au sein du Conseil Electoral dit Permanent (CEP). Les grandes manœuvres sont donc lancées. Personne n’entend désormais s’embarrasser de normes et de principes. D’ailleurs, le coordonnateur du nouveau bloc, Jean Tolbert Alexis (Croix des Bouquets/Thomazeau) annonce les couleurs : il n’y a pas de crise politique, dit-il, en référence à la question du conseil électoral et reprenant des arguments chers au chef de l’Etat. La chambre des députés réunit les conditions pour se faire représenter au CEP. Le problème se situe au niveau du Sénat, ajoute-t-il, faisant donc fi du principe de la représentation du parlement en tant qu’entité et pouvoir au sein de l’organisme électoral. C’est en effet en assemblée nationale qu’est prévue la désignation des représentants du parlement au CEP. Voilà que les dispositions sont objectivement prises pour que cela se fasse différemment.

Quelle conséquence d’une telle option pour la 49ème législature ? Le parlement sera-t-il plus fort, plus indépendant et plus engagé dans la bataille en faveur de la séparation des pouvoirs et du renforcement des institutions ? La Chambre des députés ne verra-t-elle plus d’inconvénient dans la façon dont le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) a procédé pour effectuer le choix de ses représentants au CEP ? Aura-t-elle une quelconque objection par rapport aux modalités des choix et actions de l’Exécutif ? La Chambre des députés qualifiera-t-elle de népotisme certaines pratiques auxquelles se livre le pouvoir et qui sont de plus en plus dénoncées ?

Définitivement, la retraite de la Côte des Arcadins et l’arrivée concomitante des 60 millions marquent un tournant décisif dans la vie et l’histoire de la 49ème législature. On est en droit de se demander de quoi demain sera-t-il fait en ce qui a trait à la politique et à l’ordre institutionnel en Haïti.

Marvel DANDIN