> Actualité > Hillary Clinton serait attendue prochainement en Haïti

Haïti-USA-Politique

Hillary Clinton serait attendue prochainement en Haïti

La chef de la diplomatie américaine, dont le mari Bill était très impliqué dans le projet, viendra assister à la cérémonie inaugurale du parc industriel de Caracol au moment où le pays est sous le menace d’une grave crise politique liée à la mise en place d’un conseil électoral permanent vivement contesté

Publié le jeudi 6 septembre 2012

La Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, devrait arriver dans les prochains jours en Haïti afin de participer à l’inauguration du nouveau parc industriel de Caracol (nord-est), projet auquel l’administration Obama a pris une part active dans la perspective de la création de plusieurs milliers d’emplois dans le secteur de la sous-traitance.

La visite de la responsable américaine, dont l’agenda à Port-au-Prince n’avait pas encore été dévoilé, surviendra dans un contexte politique tendu marqué par la volonté quasi-inébranlable du Président Michel Martelly d’imposer aux acteurs politiques et à la société civile un conseil électoral permanent de plus en plus contesté.

Selon le correspondant de Radio Kiskeya dans le nord, à la veille de l’arrivée de Mme Clinton, les responsables de l’autorité aéroportuaire nationale (AAN) sont revenues jeudi sur leur décision de fermer au trafic aérien durant cinq semaines l’aéroport international du Cap-Haïtien où sont entrepris des travaux de réhabilitation et d’agrandissement.

Annoncée 24 heures plus tôt, cette mesure, qui devait être effective à partir de ce vendredi, avait désarçonné divers représentants du secteur privé régional, en particulier les hôteliers, qui craignaient une chute spectaculaire des activités de leurs entreprises et de leurs chiffres d’affaire.

Soutenus par la ministre du tourisme, Stéphanie Balmir Villedrouin, les patrons du nord, avec à leur tête le président de la chambre de commerce, d’industrie et des professions du nord, Malherbe Dorvil, avaient mis tout leur poids dans la balance en vue de porter l’AAN à reconsidérer sa décision. spp/Radio Kiskeya