> Actualité > L’ex-Premier ministre Smarck Michel disparaît à 75 ans

Haïti-Politique-Décès

L’ex-Premier ministre Smarck Michel disparaît à 75 ans

Entrepreneur ayant grandement contribué à l’émergence du leadership de l’ancien Président Jean-Bertrand Aristide et au triomphe, en 1990, du mouvement Lavalas, le disparu se distinguait, selon le militant Patrick Elie, par son engagement politique en faveur du changement et sa sensibilité populaire

Publié le samedi 1er septembre 2012

L’ancien Premier ministre de Jean-Bertrand Aristide, Smarck Michel, l’un des fers de lance du mouvement Lavalas ayant porté au pouvoir l’ancien prêtre de Saint-Jean Bosco en 1990, est décédé tôt samedi à Port-au-Prince des suites d’une longue maladie, a appris Radio Kiskeya auprès de ses proches.

Retiré de la vie politique depuis son passage à la Primature (8 novembre 1994-7 novembre 1995), l’homme d’affaires s’est éteint à l’âge de 75 ans.

Réagissant au micro de Radio Kiskeya à cette disparition, le militant politique Patrick Elie, ex-secrétaire d’Etat à la défense nationale sous Lavalas, a salué la mémoire d’un entrepreneur progressiste qui, dit-il, avait une « conscience sociale ferme » qui l’avait porté à assumer sa responsabilité dans la lutte pour le changement en Haïti. Il croit qu’à sa façon, Michel incarnait le même type d’engagement populaire que feu Antoine Izméry, commerçant d’origine palestinienne assassiné en 1993 en luttant pour le retour d’exil de M. Aristide dont il fut l’un des principaux soutiens financiers, lors de sa victoire historique aux élections du 16 décembre 1990.

Soulignant aussi son implication dans la sponsorisation des activités de Lafanmi Se Lavi (La famille c’est la vie), l’oeuvre sociale fondée par le père Aristide au profit des enfants démunis, Patrick Elie confie que l’ex-Premier ministre était sorti très déçu de ses expériences politiques.

Ministre du commerce en 1991 durant les premiers mois de l’ère Lavalas, peu avant le renversement du régime par un coup d’état militaire sanglant, Smarck Michel avait accédé au poste de chef du gouvernement après l’intervention militaire américaine ayant ramené Jean-Bertrand Aristide au pouvoir, en octobre 1994. Cependant, des divergences entre les deux hommes devaient contraindre le Premier ministre à tourner la page et à céder la place à Claudette Werleigh.

Originaire de St-Marc (Artibonite, nord), le disparu était venu au monde le 29 mars 1937.

La date et le caractère des funérailles n’ont pas encore été annoncés. spp/Radio Kiskeya