> Actualité > Tempête tropicale : Au moins six morts, Martelly veut une aide (...)

Haïti-Cyclone

Tempête tropicale : Au moins six morts, Martelly veut une aide internationale pour prévenir les catastrophes

Largement satisfait de la performance de son régime après le passage du cyclone, le Président se présente devant la presse à la tête d’un état-major tout en « rose »

Publié le samedi 25 août 2012

Isaac a fait au moins six morts, des blessés et d’importants dégâts en Haïti dans la nuit de vendredi à samedi, selon un nouveau bilan partiel établi après le passage de la tempête tropicale qui a porté le Président Michel Martelly à solliciter une assistance internationale substantielle pour faire face à d’autres catastrophes après avoir salué « l’efficacité » de la réponse gouvernementale au cyclone.

Samedi après-midi, la direction de la protection civile, qui a maintenu l’alerte rouge aux inondations et glissements de terrain sur tout le territoire, avait fait état de quatre décès recensés respectivement dans les départements des Nippes (sud-ouest), du sud-est, de l’ouest et du centre.

A Thomazeau (nord-est de Port-au-Prince), une fillette de dix ans a été tuée par un arbre.

Les autorités communales de Carrefour (sud de la capitale) et le délégué départemental de la Grand’Anse (sud-ouest), Norman Wiener, ont confirmé le décès de deux autres petites filles, victimes de chutes d’arbres à Carrefour et à Pestel.

A la Croix-des-Missions (nord-ouest de Port-au-Prince), des riverains accusant le gouvernement d’avoir abandonné les sinistrés ont affirmé que la rivière grise, parvenue à un niveau extrêmement élevé, aurait emporté plusieurs personnes, des maisonnettes et des têtes de bétail.

S’agissant des blessés, outre deux cas que la protection civile a mentionnés dans le premier bilan officiel, à Marchand Dessalines (Artibonite, nord), l’une des villes les plus touchées, cinq personnes ont été blessées, 75 maisonnettes détruites et plus d’une centaine d’autres endommagées.

En outre, huit mille personnes en danger ont été évacuées et quatre mille autres placées dans des abris provisoires à l’arrivée du cyclone.

L’alerte rouge était maintenue jusqu’à dimanche devant les risques d’inondations, d’éboulements et de glissements de terrain que laissaient planer des rivières en crue après de fortes pluies qui -avec des coups de vents violents- ont endommagé des maisons, des tentes et dévasté de nombreuses exploitations agricoles dans le sud-est, les Nippes, l’Artibonite et l’ouest.

Le chef de l’Etat, qui devait présider samedi soir un conseil des ministres convoqué à l’extraordinaire, s’est déclaré « fier » du travail exceptionnel accompli par l’ensemble de l’Exécutif ayant permis de minimiser le nombre des victimes, preuve, selon lui, de l’engagement du gouvernement vis-à-vis de la population. Michel Martelly a également salué l’action de la protection civile, de la police, de la presse, de son épouse, Sophia, et de leur fils, Olivier Martelly. Ce dernier, un jeune homme d’une vingtaine d’années, conseiller présidentiel de son état, est devenu une véritable star de la télé à travers des programmes de propagande diffusés en boucle sur son leadership au sein de la jeunesse et son rôle de « grand promoteur » des sports.

Prenant une posture nationaliste, le dirigeant haïtien a, par ailleurs, critiqué le faible niveau d’aide internationale post-séisme dont aurait bénéficié Haïti avec à l’arrivée une enveloppe de deux milliards de dollars sur cinq milliards promis et treize sollicités, au lendemain de l’énorme catastrophe du 12 janvier 2010. Prônant l’accès de son régime à de nouveaux fonds et l’accélération des procédures de décaissement en faveur notamment de la relocalisation définitive de nombreux sinistrés encore sous les tentes, M. Martelly s’est demandé si, après le passage d’Isaac, le gouvernement aurait la capacité d’affronter d’autres catastrophes naturelles sans un soutien financier conséquent des donateurs d’Haïti.

Il s’exprimait devant la résidence du Premier ministre Laurent Lamothe à l’issue d’une rencontre dont les participants -sauf le nouveau chef a.i de la police, Godson Aurélus- arboraient chacun un t-shirt rose, symbole de leur appartenance politique ou de leur allégeance totale au Président.

Après s’être éloignée des côtes haïtiennes, la tempête tropicale Isaac touchait samedi soir Cuba pour menacer ensuite la Floride où doit s’ouvrir lundi la convention du parti républicain devant valider la candidature à la Maison Blanche de Mitt Romney, futur adversaire du Président démocrate sortant, Barack Obama. spp/Radio Kiskeya