> Actualité > Sénat/CEP : La conférence des présidents bloque le processus de (...)

Haïti-Elections-Crise

Sénat/CEP : La conférence des présidents bloque le processus de désignation

Le Sénateur Jean William Jeanty, qui s’aligne totalement sur cette position, souligne qu’il est demandé au président du Grand Corps, Dieuseul Simon Desras, de renouveler au chef de l’Etat la nécessité de prioriser la constitution d’un CEP de consensus pour sortir de la crise actuelle

Publié le samedi 18 août 2012

La majorité des Sénateurs présents vendredi à la conférence des présidents, consacrée notamment à la formation contestée du conseil électoral permanent, se sont opposés à l’idée d’une séance en assemblée nationale portant sur la désignation des représentants du Parlement, a révélé samedi le Sénateur Jean William Jeanty.

Réaffirmant le refus de ces élus de s’associer à un processus vicié à la base, le président de la commission travaux publics et communications a fait savoir que le président du Grand Corps, Dieuseul Simon Desras, a été invité à adresser une nouvelle correspondance au chef de l’Etat pour l’informer de l’impossibilité matérielle pour le corps législatif de compléter le CEP.

Rappelant que la Chambre haute était amputée d’un tiers de ses membres et incapable dégager la majorité des deux tiers requise en la matière, le Sénateur Jeanty, représentant des Nippes (sud-ouest), précise que ses pairs ont demandé au président Desras de renouveler son appel au dialogue au Président Michel Martelly afin qu’un organisme électoral de consensus soit constitué.

Dans une lettre ouverte antérieure à la nomination des six membres du CEP permanent incomplet et controversé, le principal dirigeant du Sénat avait mis en garde le chef de l’Exécutif contre une décision unilatérale susceptible de précipiter le pays dans une impasse politique et prôné une formule consensuelle pour la formation d’un ultime conseil électoral provisoire.

Des protestations fusent de toutes parts dans la classe politique et la société civile depuis la nomination dans des conditions jugées illégitimes et anti-démocratiques de six des neuf conseillers électoraux choisis par l’Exécutif et le CSPJ. Il s’agit de Josué Pierre-Louis, ex-ministre de la justice et actuel secrétaire général de la présidence, Gustave Acacia, Reynaldo Brunet, Patrick Métellus, juge à la cour d’appel de Port-au-Prince, Yves Benoît Jean-Marie, proche parent de la ministre des finances, Marie Carmelle Jean-Marie, et Salnave Exantus. spp/Radio Kiskeya