> Actualité > La police met à prix la tête des chefs de gang de Martissant

Haïti-Insécurité

La police met à prix la tête des chefs de gang de Martissant

En visite de solidarité mardi au sous-commissariat de Grand Ravine où les policiers confrontés à de graves accusations de violation des droits humains seraient tentés de déserter, le directeur départemental de l’ouest, Michel-Ange Gédéon, a pris la défense de ses troupes concernant les incidents du 31 juillet et annoncé une opération imminente contre de dangereux brigands activement recherchés

Publié le mardi 7 août 2012

Le directeur départemental de l’ouest de la police nationale, Michel-Ange Gédéon, a offert mardi des primes pour la capture des chefs de gang de Grand-Ravine à Martissant (banlieue sud de Port-au-Prince), lors d’une visite de solidarité aux policiers du sous-commissariat de ce quartier à risques dont le moral serait en berne, depuis une semaine, en raison de graves accusations de violences et actions incendiaires portées contre eux après l’attaque d’une patrouille policière.

Parlant d’incendies de maisons attribués de manière perfide à des agents de l’unité spécialisée de maintien d’ordre (UDMO), le commissaire Gédéon a indiqué que le dossier fait l’objet d’une enquête de l’inspection générale de la PNH qui n’hésiterait pas à sanctionner d’éventuels coupables. Il a aussi estimé que sa présence était nécessaire à un moment où les policiers envisagent même d’abandonner leur poste.

Des habitants des localités de Ti Bois et Nan Beny accusent les forces de l’ordre d’avoir brûlé leurs maisons après les avoir sauvagement frappés, le 31 juillet dernier, pour se venger d’un raid de bandits qui venait de faire deux blessés dans les rangs de la police.

Annonçant une opération imminente des agents de l’UDMO contre les repaires des gangs, le DDO Michel-Ange Gédéon précise que des primes de 10.000 gourdes et plus seront offertes pour faciliter la capture de bandits opérant à Grand Ravine et dans d’autres quartiers de la capitale. Il nommément cité Chéry Crista, Apou Pa M, Ti Kenkenn et Nicodème.

Le responsable a aussi lancé une sévère mise en garde contre un retour en force des bandes criminelles dans les quartiers de Bolosse et de Martissant devenus, dit-il, un axe routier sécurisé desservant aujourd’hui Carrefour et cinq départements du pays au prix d’inlassables efforts de la police nationale et de la force onusienne (MINUSTAH). spp/Radio Kiskeya