> Actualité > Nouvel ajournement du procès d’Edrick Léandre

Haïti-Corruption-Justice

Nouvel ajournement du procès d’Edrick Léandre

Bataille juridique et extra-juridique entre l’accusation et la défense autour de l’ex-directeur de l’OAVCT qui risque quinze ans de prison pour corruption, selon le parquet de Port-au-Prince

Publié le lundi 6 août 2012

La deuxième journée du procès pour corruption d’Edrick Léandre, l’ancien directeur général de l’office d’assurance véhicules contre tiers (OAVCT), n’a pu arriver une fois de plus à son terme lundi en raison d’un nouveau report sur fond d’accrochages entre l’accusation et la défense.

Accusé de corruption, blanchiment des avoirs, détournement de fonds et association de malfaiteurs, M. Léandre -emprisonné depuis plus d’un an- risque une peine maximale de quinze ans de réclusion, selon le représentant du ministère public, Me Jean Renel Sénatus, qui entend réclamer du tribunal criminel l’application intégrale de la législation en vigueur.

Sans succès, le conseil de la défense a demandé que l’Etat haïtien, représenté par la DGI, soit écarté de ce procès qui se déroule dans le cadre des assises criminelles de la juridiction de Port-au-Prince avec et sans assistance de jury.

En fin d’après-midi, les témoins, parmi eux des employés de l’OAVCT très remontés contre M. Léandre et sa gestion jugée catastrophique, commençaient à faire leurs dépositions.

L’audience a aussi donné lieu à des échanges à la limite de l’invective entre le commissaire di gouvernement, Me Jean Renel Sénatus, et l’un des avocats de la défense, Me André Michel. Rappelé à l’ordre et menacé de sanction par le président du tribunal, Me Raymond Jean-Michel, le jeune avocat est engagé depuis plusieurs semaines dans un duel avec le chef du parquet qui a encore débordé le cadre de la plaidoierie pour dériver sur des considérations d’ordre politique ou personnel marquées au coin de la condescendance ou de la provocation. spp/Radio Kiskeya