> Actualité > Des pillards du sud-est emportent 200 kilos de cocaïne, à bord d’un yacht (...)

Haïti-Amsud-Drogue

Des pillards du sud-est emportent 200 kilos de cocaïne, à bord d’un yacht colombien

La police, qui a mis la main au collet de trois narcotrafiquants colombiens, est également aux trousses d’un quatrième et de tous les habitants de Marigot qui s’étaient emparés, la semaine dernière, de la drogue destinée à la République Dominicaine et retrouvée dans le petit bateau alors contraint d’effectuer une escale de ravitaillement

Publié le lundi 6 août 2012

La police cherchait lundi à récupérer 200 kilos de cocaïne et à arrêter toutes les personnes en possession de cette cargaison de drogue que transportaient quatre trafiquants colombiens et sur laquelle des habitants de Marigot (sud-est) ont fait main basse depuis mercredi dernier (1er août), a annoncé le porte-parole régionale de la police nationale, Jacques Onécifort Petit.

Soulignant dans une interview à Radio Kiskeya que trois des ressortissants étrangers étaient détenus au commissariat de Jacmel, le responsable précise que les agents du bureau de lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS) dépêchés sur les lieux recherchaient activement tous les détenteurs de la cocaïne et le capitaine du yacht qui la transportait.

Aucune trace de stupéfiant n’a été retrouvée à bord. Cependant, les prévenus, dépourvus de documents d’identité, ont tous affirmé qu’ils transitaient par Haïti pour acheminer en République Dominicaine de la drogue dissimulée dans deux grandes boîtes contenant chacune 100 kilos.

Selon les explications des trois hommes, en difficulté, l’embarcation a été prise d’assaut par des riverains très agressifs et ses occupants passés à tabac au cours d’une escale de ravitaillement à Savane du Bois, une localité de la commune de Marigot. Les assaillants se sont alors livrés à une vaste opération de pillage, emportant au passage l’un des moteurs du petit bateau que la violence de l’intervention devait pousser vers un récif sur lequel il s’est immobilisé depuis.

Egalement de nationalité colombienne, le capitaine du petit bateau, parti aller acheter du carburant, a échappé à la fureur de la foule et profité de l’incident pour prendre la fuite.

Le porte-parole de la police du sud-est, Jacques Onécifort Petit, précise que les forces de l’ordre arrivées tardivement dans la zone n’ont pu trouver personne, ni le produit illicite recherché.

Des perquisitions domiciliaires et fouilles de véhicules n’avaient encore non plus donné aucun résultat.

Les trois présumés narcotrafiquants sud-américains doivent être déférés sous peu au parquet de Jacmel pour les suites légales nécessaires.

Cette nouvelle affaire constitue une réplique supplémentaire de scènes devenues habituelles dans certaines régions du pays où des éléments de la population civile sont enclins à s’emparer des cargaisons de drogue arrivant d’Amérique du sud par voie maritime ou à bord de petits avions qui effectuent des atterrissages nocturnes sur des pistes clandestines.

Faisant état d’un trafic de plus en plus intense entre la côte sud et la Jamaïque, le chef sortant de la police nationale, Mario Andrésol, a évoqué, la semaine dernière, les risques d’une transformation d’Haïti en pays consommateur de drogue en soulignant le cas de nombreux jeunes qui fument de la marijuana.

Notre pays figure déjà sur la liste des principaux territoires de transit de la cocaïne sud-américaine exportée vers les Etats-Unis. spp/Radio Kiskeya