> Actualité > Le RNDDH s’indigne de la libération d’un commissaire de police impliqué dans (...)

Haïti-Droits humains

Le RNDDH s’indigne de la libération d’un commissaire de police impliqué dans le décès d’un prévenu suite à de graves sévices corporels

L’organisme de droits humains dénonce parallèlement le choix d’un personnage douteux comme vice-délégué dans le Nord

Publié le vendredi 20 juillet 2012

Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, a dénoncé jeudi, dans une interview accordée à Radio Kiskeya, la remise en liberté du commissaire de police Vanel Lacroix impliqué dans le décès, au siège même du Commissariat de Pétion-Ville qu’il dirigeait, du citoyen Serge Démosthène.

M. Espérance rappelle que le prévenu, torturé jusqu’à ce que mort s’ensuive le 15 juin 2011 en présence du commissaire de police et du chef du Parquet de la capitale d’alors, Harrycidas Auguste, avait été présenté par ces derniers comme un des suspects dans l’assassinat le 12 juin 2011 du PDG de la Banque Nationale de Crédit, Guiteau Toussaint. D’autres informations laissaient pourtant croire que Démosthène avait été appréhendé dans le cadre d’un conflit terrien.

Le responsable de l’organisme des droits humains révèle par ailleurs que c’est seulement le mois dernier, soit plus d’un an après le meurtre odieux perpétré sur la personne du responsable de banque en sa résidence à Vivy Mitchell (Frères, Pétion Ville), qu’un juge d’instruction a été appointé sur l’affaire par le doyen du Tribunal civil de la capitale.

Pierre Espérance informe enfin avoir adressé une correspondance au chef de l’Etat pour lui demander de revenir sur sa décision de désigner le nommé Gaby Silencieux au poste de vice-délégué au Limbé (Nord). La correspondance contient des détails sur les différentes infractions attribuées à Silencieux, dont l’incendie de bâtiments publics, la participation à des meurtres et à des agressions physiques.

Le RNDDH souhaite que les autorités enquêtent auprès de la population sur les gens à qui elles souhaitent confier des responsabilités. [jmd/Radio Kiskeya]