> Actualité > Un mort, plusieurs disparus et 18 survivants dans un naufrage près de La (...)

Haïti-Catastrophe

Un mort, plusieurs disparus et 18 survivants dans un naufrage près de La Gonâve

La vice-déléguée de l’arrondissement, Marie-Ganette Galiotte, se trouvait à bord du yacht Patience tombé en panne, samedi matin, peu après avoir quitté l’île avec 21 personnes et sans le moindre gilet de sauvetage

Publié le samedi 7 juillet 2012

Le naufrage d’un yacht tôt samedi matin au large de l’île de La Gonâve (ouest) a fait un mort et un nombre de disparus allant de un à huit tandis que 18 rescapés ont été repêchés, selon un bilan officiel et des informations recueillies par Radio Kiskeya auprès des autorités et de témoins.

Dénommée Patience, la petite embarcation -qui venait de quitter Anse-à-Galets à destination de Carriès- a sombré, cinq minutes après avoir appareillé, avec 21 personnes à son bord, 19 passagers et deux membres d’équipage, indique un communiqué de la coordination départementale de l’ouest du secrétariat permanent de de gestion des risques et des désastres.

« Des sauveteurs ont pu repêcher 18 survivants. Une 19e personne est morte à l’hôpital wesleyen d’Anse-à-Galets après avoir été secourue dans un état critique », affirme le communiqué en soulignant que la vice-déléguée de l’arrondissement de La Gonâve, Marie-Ganette Galiotte, fait partie des personnes ayant survécu à cette nouvelle catastrophe maritime.

Des sauveteurs de la protection civile, de la Croix-Rouge haïtienne, du service maritime et de navigation d’Haïti (SEMANAH), de la garde côtière ainsi que des particuliers menaient, avec le soutien de l’ONG Concern Worldwide, des recherches en vue de retrouver, éventuellement, d’autres survivants.

Pour sa part, le directeur du SEMANAH, Frérel Normil, a indiqué au micro de Radio Kiskeya qu’une institutrice est décédée à l’hôpital et que seule une deuxième personne manquait à l’appel. Il déclare qu’en dépit des maigres moyens disponibles des efforts sont entrepris afin de régulariser le fonctionnement de quelque 500 wharfs de cabotage que compterait le pays.

La vice-déléguée de La Gonâve, qui l’a échappé belle en compagnie de ses deux frères, confirme le décès d’une passagère, mais chiffre à huit le nombre de disparus. Détail très révélateur du niveau de l’insécurité maritime à laquelle sont exposés quotidiennement beaucoup de voyageurs, Marie-Ganette Galiotte admet qu’aucun des passagers ne disposait d’un gilet de sauvetage durant la traversée.

Une panne de moteur a été à l’origine du naufrage dans le golfe de La Gonâve du yacht -équipé de deux moteurs de 200 chevaux- et renversé par de grosses vagues, précise la protection civile en soutenant que les voyageurs avaient été enregistrés.

Toutefois, au moins trois personnes, dont un marin, n’avaient pas leur nom sur la liste du SEMANAH parce qu’ils auraient embarqué à l’insu des responsables, conclut le même communiqué.

Haïti a connu au cours des dernières années plusieurs grandes tragédies maritimes qui n’ont pourtant nullement contribué à une gestion plus rationnelle du système cabotage. spp/Radio Kiskeya