> Spécial > Les décès maternels ont baissé de moitié en 20 ans selon un rapport conjoint de (...)

Des progrès dans la lutte contre les décès maternels liés aux complications de la grossesse et de l’accouchement(ONU)

Les décès maternels ont baissé de moitié en 20 ans selon un rapport conjoint de agenes des Nations Unies : OMS UNICEF UNFPA et la Banque Mondiale

Entre 1990 et 2010 le nombre de décès maternels par an a diminué de moitié selon l’ONU

Publié le mercredi 30 mai 2012

Les décès maternels ont baissé de moitié en 20 ans, mais il convient d’accélérer les progrès

Nations Unies, New York, 16 mai 2012 --- Le nombre de femmes qui meurent des complications de la grossesse et de l’accouchement a diminué de moitié, selon de nouvelles estimations publiées ce 16 mai par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et la Banque Mondiale.

“C’est encourageant de constater cette diminution du nombre de femmes qui meurent pendant la grossesse et l’accouchement. Cela montre que les efforts considérables des pays, avec le support de l’UNFPA et d’autres partenaires de développement, fonctionnement bien. Mais nous ne devons pas nous arrêter là. Nous devons continuer notre travail pour faire en sorte que chaque grossesse soit désirée et chaque accouchement sans danger”, a déclaré Dr Babatunde Osotimehin, Directeur Exécutif de l’UNFPA, le Fonds des Nations Uniespour la Population.

Le rapport intitulé “Tendances de la mortalité maternelle” montre que, entre 1990 et 2010, le nombre de décès maternels par an a diminué de plus de 543,000 à 287,000, soit une réduction de 47%. Alors que dans presque toutes les régions, on a réalisé des progrès importants, il y a de nombreux pays, notamment en Afrique Subsaharienne, qui n’atteindront pas l’un des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) relatif à la réduction des décès maternels de 75% entre 1990 et 2015.

Toutes les 2 minutes, une femme meurt des complications de la grossesse ; et les 4 causes de décès les plus fréquentes sont : les hémorragies graves après l’accouchement, les infections, l’hypertension pendant la grossesse et l’avortement réalisé dans de mauvaises conditions. 99% des décès maternels surviennent dans des pays en développement ; la plupart d’entre eux auraient pu être évitées grâce à des interventions efficaces par du personnel qualifié.

“Nous savons exactement ce qui est nécessaire pour prévenir les décès maternels : améliorer la planification familiale volontaire, investir dans la formation des travailleurs de la santé qui dispensent des connaissances pratiques aux sages femmes, et assurer l’accès aux soins obstétricaux d’urgence en cas de complications. Il est prouvé que de telles interventions sauvent des vies et accélèrent les progrès vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement 5”, a déclaré Dr Osotimehin.

“Ces nouvelles estimations montrent comment des progès ont été réalisés dans le monde en matière de santé maternelle et des améliorations ont été constatées en termes de qualité des données. Elles montrent aussi comment le Système des Nations Unies est uni dans l’action pour améliorer la situation des femmes et des filles à travers le monde”, a déclaré Dr Osotimehin.

http://unfpahaiti.org/