> Actualité > Dans la dynamique du 18 mai, Lamothe s’occupe des besoins de la (...)

Haïti-Sécurité

Dans la dynamique du 18 mai, Lamothe s’occupe des besoins de la CIMO

En compagnie du secrétaire d’Etat à la sécurité publique, Réginald Delva, et du directeur général de la PNH, Mario Andrésol, le Premier ministre a effectué vendredi une visite au quartier-général de cette unité spécialisée de la PNH en promettant aux agents une amélioration substantielle de leurs conditions de travail, dossier sur lequel s’était penché récemment le chef de l’Etat

Publié le vendredi 25 mai 2012

Le Premier ministre Laurent Lamothe, également à la tête du Conseil supérieur de la Police Nationale, s’est rendu vendredi au QG de la Compagnie d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO) afin de déterminer les solutions à apporter aux différents problèmes qui handicapent le fonctionnement de cette unité spécialisée de la PNH.

Inscrivant sa visite dans le cadre du suivi des engagements que le Président Michel Martelly avait pris auparavant vis-à-vis des policiers, le chef du gouvernement s’est fait accompagner du secrétaire d’Etat à la sécurité publique, Réginald Delva, et du directeur général de la PNH, Mario Andrésol.

Mettant l’accent sur le renforcement de l’institution afin de la rendre plus apte à accomplir sa mission, Lamothe a promis que la police d’assurance et les primes de risque que réclament les agents de l’ordre seront à l’agenda du prochain conseil de gouvernement.

Il incombe à l’Exécutif la responsabilité de fournir à la police les ressources qui lui font défaut, a poursuivi le Premier ministre qui indique que de nouveaux équipements seront bientôt disponibles pour améliorer les conditions de travail des policiers.

Après avoir fait l’inventaire des besoins spécifiques de la CIMO, en présence du commandant des troupes, le commissaire principal, Jean Bazelais Bonélus, Laurent Lamothe a remercié une fois de plus les agents appartenant à cette unité pour l’opération menée, dit-il, avec professionnalisme qui avait permis, le 18 mai, de déloger des militaires démobilisés du camp de Lamentin 54, à Carrefour (banlieue sud de Port-au-Prince). Grâce à cette intervention, « l’autorité de l’Etat a été rétablie », a réaffirmé le nouveau locataire de la Primature.

De son côté, le secrétaire d’Etat à la sécurité publique a mis en avant la détermination du gouvernement à accompagner les forces de l’ordre afin de parvenir à un climat sécuritaire de stabilité. Réginald Delva est revenu sur l’opération du 18 mai qui, selon lui, mmortalisera dans l’esprit des haïtiens cette date pourtant déjà historique puisqu’elle marque l’anniversaire de la création du bicolore national, en 1803.

Le responsable a qualifié de nouveau départ pour la CIMO sa participation active à l’offensive de Lamentin ayant précédé la récupération de plusieurs autres anciennes bases militaires occupées depuis plusieurs mois.

Le directeur général de la Police Nationale croit lui aussi que les agents de la CIMO se dirigent vers un nouveau départ parce que à son avis l’équipe Martelly/Conille est animée de la volonté d’accompagner l’institution dans la difficile tâche qu’elle doit accomplir tous les jours. Mario Andrésol explique que, dans sa conversation avec le Premier ministre, il lui a exposé les problèmes auxquels sont confrontés depuis le séisme du 12 janvier de nombreux policiers qui n’ont plus un toit où dormir.

Le patron de la PNH a insisté sur la nécessité d’accorder des avantages sociaux aux membres de l’institution en évoquant notamment l’assurance-maladie et les primes de risques.

Enfin, comme les deux autres responsables, Andrésol est allé de son compliment aux agents de la CIMO suite à l’intervention qui a mis un terme à la présence jugée illégale de ceux qui se réclamaient des ex-FAd’H.

La délégation conduite par Laurent Lamothe comprenait également l’inspecteur général en chef de la police, Abner Vilmé.

Le régime de Michel Martelly semble vouloir consacrer toute son attention à la police, tout juste après avoir créé un nouveau ministère de la défense, chargé en principe de conduire la politique de sécurité nationale, dans un contexte où les partenaires traditionnels d’Haïti prônent le renforcement de la PNH au détriment du rétablissement d’une institution militaire au passé lourd. spp/Radio Kiskeya