> Actualité > Après le vote, la désillusion pour Kély Bastien, ministre mort-né

Haïti-Politique-Crise

Après le vote, la désillusion pour Kély Bastien, ministre mort-né

Le président de la Chambre basse, Levaillant Louis-Jeune, ne cache pas son indignation devant l’humiliation infligée à l’ancien Sénateur qui, dit-il, mérite ce traitement dégradant de la part du pouvoir parce qu’il était allé quémander un portefeuille ministériel ; pas de séance de ratification prévue avant le départ en vacance lundi des Députés

Publié le vendredi 11 mai 2012

Le président de la Chambre basse, Levaillant Louis-Jeune, a exprimé vendredi sa tristesse devant l’humiliation infligée par l’Exécutif au Dr Kély Bastien qu’il a sévèrement blâmé suite à la rebuffade de dernière minute que l’ex-Sénateur a essuyée alors que son nom était retenu pour le poste de ministre de l’environnement dans le nouveau gouvernement Martelly/Lamothe.

L’intéressé, qui intervenait dans la presse jeudi, était convaincu de l’obtention de ce poste et commençait même à dévoiler ses grandes priorités face à la dégradation accélérée de l’écosystème.

« Il l’a cherché », a déclaré l’air indigné le Député de Desdunes (Artibonite, nord) en déplorant le manque de rectitude de son ancien collègue issu comme lui de la plateforme INITE qui avait décliné l’offre du pouvoir d’intégrer le prochain cabinet ministériel. Cependant, il affirme avoir du respect pour Bastien et ses méthodes institutionnelles.

« Cela doit servir d’exemple aux jeunes comme Kély qui font de la politique, car, Dieu vous a donné une colonne vertébrale pour que vous puissiez vous tenir droit. Il faut éviter les trahisons, être cohérent avec soi-même et garder une ligne politique stable », a martelé Levaillant Louis-Jeune, coordonnateur national de l’ancien parti présidentiel sous Préval, qui a affirmé que l’ex-représentant du département du nord devait rejoindre la future équipe gouvernementale à titre exclusivement personnel.

Admettant au passage qu’un grand flou juridique planait sur la façon de recommencer la procédure au cas où la déclaration de politique générale du Premier ministre serait rejetée, le président du bureau a indiqué que la séance ne pourra plus se tenir avant la clôture lundi de la première session ordinaire de l’année législative. Date qui coïncidera avec le premier anniversaire de l’arrivée au pouvoir du chef de l’Etat, le 14 mai 2011.

Une convocation à l’extraordinaire sera donc nécessaire pour l’examen de la politique générale de l’homme d’affaires et ami proche de l’ancien chanteur « Sweet Micky » tout près d’entrer à la Primature.

Un peu plus tard, M. Louis-Jeune devait inviter l’administration Martelly à reconsidérer sa position contre-productive et à négocier avec les différents blocs parlementaires en vue de dégager à la Chambre basse une majorité capable d’assurer un vote favorable à Lamothe.

Après Kély Bastien, un autre ancien Sénateur de INITE, Joseph Lambert, devenu le grand confident politique du Président Martelly, pourrait connaître un sort similaire, a averti le patron de l’assemblée des Députés. spp/Radio Kiskeya