> Actualité > Treize présumés assassins de policiers arrêtés

Haïti-Sécurité

Treize présumés assassins de policiers arrêtés

Soupçonnés d’implication dans la mort récente des agents Angelo Pierre-Louis et Serge Casséus, ils ont été appréhendés pour certains à Jérémie et pour d’autres dans le cadre de l’opération "Boucler Port-au-Prince", lancée contre la recrudescence de l’insécurité, selon le commissaire de police de la capitale, Mario Aubergiste

Publié le mercredi 21 mars 2012

La police a procédé à l’arrestation de treize suspects dans le cadre de la double enquête ouverte sur le récent assassinat des policiers Angelo Pierre-Louis et Serge Casséus, a annoncé mercredi sur Radio Kiskeya le commissaire de Port-au-Prince, Mario Aubergiste.

Certains de ces individus, dont attend de connaître l’identité, ont été appréhendés dans le cadre de l’opération « Boucler Port-au-Prince » lancée conjointement avec la Mission onusienne (MINUSTAH), en vue de contrecarrer l’insécurité galopante.

Les autres ont été traqués et mis sous les verrous à Jérémie, dans la Grand’Anse (sud-ouest).

Agent de l’unité spécialisée Swat Team, Pierre-Louis avait été abattu au volant de sa voiture, le 23 février dernier, dans le quartier de Martissant (banlieue sud de la capitale).

Pour sa part, Casséus avait été la cible d’un commando de neuf bandits à moto, lors d’une attaque spectaculaire qui avait été menée le 12 mars dans le quartier de La Saline (sud de Port-au-Prince).

Jugeant les prises réalisées encourageantes depuis le coup d’envoi de cette nouvelle croisade contre le banditisme, le commissaire Mario Aubergiste s’est félicité de la mobilisation des forces de sécurité haïtiennes et onusiennes.

Deux autres commissaires, ceux de Carrefour, Frantz Saint-Armand, et de la Croix-des-Bouquets (nord-est), Marc-André Cadostin, qui avaient annoncé mardi le lancement de l’opération "Boucler Port-au-Prince" ont mis l’accent sur le renforcement des effectifs policiers dans les zones stratégiques et l’intensification des patrouilles durant un mois dans l’aire métropolitaine.

Près de 150 cas de mort violente, dont 130 par balles, ont été dénombrés depuis le début de l’année en Haïti où l’administration Martelly peine à concrétiser ses promesses de changement. spp/Radio Kiskeya