> Actualité > Un bateau militaire américain en mission humanitaire au Cap-Haïtien

Haïti-USA-Coopération

Un bateau militaire américain en mission humanitaire au Cap-Haïtien

Publié le samedi 18 février 2012

Le navire militaire américain HSV 2 SWIFT (HSV 2) a mouillé mercredi dernier dans le port du Cap-Haitien (nord), pour une mission humanitaire de trois semaines du commandement sud destinée à renforcer la coopération bilatérale, a annoncé l’ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince.

Haïti est la dernière étape de cette mission baptisée « Southern Partnership Station 2012 » qui concernait également la République Dominicaine, le Salvador, le Guatémala, le Pérou et le Panama, informe un communiqué.

Le SWIFT a déjà débarqué des matériels humanitaires et médicaux d’une valeur de quatre millions de dollars qui doivent être distribués à des organisations non-gouvernementales (ONG) ainsi qu’à des institutions médicales et écoles opérant à Mirebalais et au Cap-Haitien. Cette assistance s’inscrit dans le projet Handclasp de la marine américaine qui permet d’assurer le transport des matériels et dons collectés devant être acheminés à leurs destinataires à l’étranger.

« Les nombreux efforts investis pour aider à la réussite de ce programme soulignent du vrai partenariat et de la grande collaboration existant déjà ici », a affirmé Garry Wright, le commandant de la mission HSV qui compte 90 membres. Ils doivent notamment participer à la formation d’agents de la Police Nationale, à la réhabilitation d’une école et d’un dispensaire au profit de 14.000 habitants de Caracole (nord-est) et à des discussions avec des spécialistes du ministère haïtien de la santé sur la santé publique et les soins vétérinaires.

Qualifiant le Cap-Haïtien de "corridor de développement prioritaire pour l’assistance humanitaire", le communiqué souligne que les militaires présents à bord du SWIFT sont des experts en construction, opérations portuaires, médecine et sécurité.

Cette mission humanitaire "répond aux priorités haïtiennes dans les domaines de la santé et de la sécurité", conclut l’ambassade américaine. spp/Radio Kiskeya