> Actualité > Salaire minimum : Violente manifestation contre l’arrestation de deux (...)

Haïti-Social

Salaire minimum : Violente manifestation contre l’arrestation de deux activistes

Plusieurs milliers d’ouvriers montés encore une fois en première ligne pour défendre les 200 gourdes

Publié le lundi 10 août 2009

Plusieurs milliers d’ouvriers ont violemment manifesté lundi aux côtés d’étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti et d’altermondialistes en vue de protester contre l’arrestation de deux activistes au cours d’une mobilisation en faveur de la loi sur le salaire minimum au parc industriel (nord de Port-au-Prince).

Plusieurs policiers ont été blessés légèrement à coups de pierres tandis que les pare-brises du véhicule de service du chargé d’affaires de l’ambasade américaine, Thomas Tighe, ont été cassés et deux véhicules appartenant à l’Etat haïtien incendiés.

Guerchang Bastia et Patrick Joseph, présentés respectivement comme étudiant à la faculté des sciences humaines et membre du comité de relèvement de Duvivier, ont été conduits en prison après avoir comparu au parquet de la capitale.

Les agents de la Police Nationale appuyés par les forces anti-émeutes de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) avaient auparavant fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui s’étaient rassemblés devant le commissariat de Delmas 33 (nord) où les deux étaient en garde à vue. Les protestataires ont alors bombardé de pierres les policiers avant de prendre la fuite dans le plus grand désordre.

Très remontés contre l’Exécutif, les Députés et le patronat, les ouvriers ont renouvelé leur ferme volonté de mener la lutte jusqu’au bout afin d’obtenir le nouveau salaire minimum porté à 200 gourdes et synonyme pour eux d’une amélioration indispensable de leurs conditions de vie infrahumaines.

La PNH a confirmé le bilan de cette journée très mouvementée ponctuée d’incidents à Delmas, mais aussi au centre-ville où des inconnus ont incendié deux véhicules appartenant au parquet de Port-au-Prince et à la DGI. spp/Radio Kiskeya

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul