> Actualité > Nouvelle interdiction de vol de la Tortug’air à destination de la République (...)

Haïti-République dominicaine

Nouvelle interdiction de vol de la Tortug’air à destination de la République dominicaine

La ligne régionale haïtienne appelle l’Office National de l’Aviation Civile (OFNAC) à ne pas céder aux « chantages » des dominicains

Publié le vendredi 24 avril 2009

L’aviation civile dominicaine a de nouveau interdit la desserte de Santo Domingo par la ligne régionale haïtienne Tortug’air.

La mesure a pris effet le 20 avril avec la suspension effective des vols, annonce un communiqué de la Tortug’air remis jeudi à la presse.

Dénonçant le caractère unilatéral de la décision, la Tortug’air explique qu’elle a été prise sous prétexte que les autorités haïtiennes refusent de délivrer des permis à d’autres compagnies dominicaines en plus de la PAWA Dominicana et de la ACSA. Ces compagnies détiennent, respectivement, un permis régulier et un permis charter délivrés par l’Office National de l’Aviation Civile (OFNAC).

Pour la Tortug’air, la République dominicaine cherche à accaparer le marché au profit des lignes dominicaines et à marginaliser les opérateurs haïtiens qui, pourtant, ont toujours satisfait aux exigences des autorités compétentes dominicaines.

Remerciant l’OFNAC pour son implication dans la gestion du dossier, la Tortug’air l’appelle à ne pas céder « aux chantages » des autorités dominicaines.

Les autorités dominicaines ne sont pas à leur première mesure de la sorte. La question avait déjà fait l’objet d’une audition au Sénat de la République avec les responsables de la Tortug’air. L’OFNAC avait été pris à partie à l’occasion. Ce qui avait porté le directeur général de l’institution, M. Lemerque Pierre, à réagir dans la presse en apportant des explications sur ses différentes interventions dans le dossier.

Un contentieux similaire existe dans le secteur du transport terrestre entre la République dominicaine et Haïti. Des transporteurs dominicains ont en effet tenté à maintes reprises d’accaparer le marché du transport transfrontalier, au détriment de leurs homologues haïtiens. Un accord intervenu après maints soubresauts permet actuellement le libre fonctionnement des lignes haïtiennes de transport terrestre. [jmd/RK]