> Actualité > Washington désapprouve l’exclusion de Fanmi Lavalas des sénatoriales

Haïti-Elections-USA

Washington désapprouve l’exclusion de Fanmi Lavalas des sénatoriales

Sans citer nommément le parti d’Aristide, l’ambassade américaine lance un appel ferme au dialogue en faveur de l’organisation d’élections "accessibles à tous" pour éviter au pays une situation difficile

Publié le vendredi 6 février 2009

Les Etats-Unis ont, par l’intermédiaire de leur mission diplomatique à Port-au-Prince, exprimé vendredi leurs extrêmes préoccupations face à la décision du Conseil électoral provisoire d’écarter le parti Fanmi Lavalas des prochaines sénatoriales et se sont prononcés « fermement » pour un dialogue en vue de la tenue d’élections inclusives.

« C’est pour nous un sujet de grande préoccupation qu’une décision ait été adoptée, laquelle interdit à tous les candidats d’un parti politique de participer aux prochaines joutes électorales », affirme l’ambassade américaine dans un communiqué qui pose le problème de l’éviction de tous les candidats de Lavalas, sans toutefois mentionner le nom du parti de l’ancien Président Jean-Bertrand Aristide. Elle met en garde contre des « élections basées sur l’exclusion qui mettront inévitablement en question leur crédibilité », avec des conséquences sur les institutions du pays de même que les relations entre Haiti et ses partenaires.

Janet Ann Sanderson Ambassadeur USA en Haiti photo Liliane Pierre-Paul
Le communiqué souligne que dans les Etats démocratiques « les élections honnêtes et démocratiques sont inclusives et non exclusives » et doivent aider à « l’unification de la démocratie » à travers l’implication de tous les principaux partis politiques.

Tout en saluant les progrès démocratiques réalisés en Haïti lors des élections de 2006 et le travail de l’institution électorale, Washington invite les différents acteurs à « garder les portes ouvertes au dialogue et aux débats en vue d’assurer que les prochaines élections se réalisent dans la transparence et soient accessibles à tous ».

Se présentant comme « l’un des amis les plus proches et l’un des principaux supporteurs d’Haïti », les Etats-Unis affirment travailler étroitement avec les autorités haïtiennes au profit de la mise en place d’institutions démocratiques crédibles et capables de favoriser « l’expression de la volonté du peuple haïtien ».

Devant l’exclusion de tous ses représentants, Fanmi Lavalas a annoncé vendredi son intention d’intenter une action en justice contre la décision du CEP qualifiée « d’arbitraire et de politiquement motivée ».

Pour sa part, le président du Conseil électoral, Frantz Gérard Verret, a tenté de justifier ce "carnet" en indiquant qu’il est basé sur l’impossibilité pour le CEP de déterminer la légitimité des deux branches rivales de Lavalas qui se disputaient le droit de représenter le parti au scrutin, sans pouvoir en administrer la preuve.

Le Canada a également déploré le rejet de Fanmi Lavalas et exprimé ses plus vives préoccupations.

Avec plus d’un an de retard, les électeurs haïtiens sont appelés à élire douze Sénateurs le 19 avril en vue de renouveler les sièges vacants de la Chambre haute. spp/Radio Kiskeya