> Actualité > Le mandat de la MINUSTAH renouvelé sans surprise pour un an

Haïti-ONU-MINUSTAH

Le mandat de la MINUSTAH renouvelé sans surprise pour un an

Satisfait, le Conseil de sécurité de l’ONU approuve le maintien dans sa configuration actuelle de la force de stabilisation jusqu’en octobre 2009 ; mais, juge indispensables la consolidation de la sécurité, des acquis politiques et la relance économique d’Haïti

Publié le mardi 14 octobre 2008

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé mardi pour un année supplémentaire, jusqu’au 15 octobre 2009, le mandat de la Mission de stabilisation en Haïti (MINUSTAH) en l’exhortant à poursuivre son travail d’encadrement de la Police Nationale dans ses tâches sécuritaires jugées "très importantes".

A travers la résolution 1840 adoptée à l’unanimité, les quinze membres du Conseil ont renouvelé le mandat des casques bleus avant son expiration mercredi et réitéré leur soutien au processus politique marqué par la mise en place d’un nouveau gouvernement, mais dans un environnement sécuritaire précaire en dépit d’une "sensible amélioration de la situation ces derniers mois".

Le Conseil de sécurité a exprimé sa satisfaction face au renforcement de la composante policière de la MINUSTAH suite à sa reconfiguration en octobre 2007. Il a également accordé son approbation à la recommandation du Secrétaire général, Ban Ki-moon, de conserver la même configuration de la force onusienne "jusqu’à ce que l’accroissement prévu des capacités de la Police Nationale d’Haïti permette un réexamen de la situation".

Les effectifs de la force de stabilisation sont fixés à un maximum de 7.060 militaires et de 2.091 policiers.

La MINUSTAH est appelée à apporter un "appui logistique et sécuritaire" à l’organisation des prochaines élections devant permettre de renouveler le tiers du Sénat dont les sièges sont vacants depuis le 8 mai 2008. En outre, la mission doit "favoriser le dialogue politique et la réconciliation nationale".

De leur côté, les partenaires régionaux d’Haïti sont invités à aider le gouvernement à combattre les fléaux que constituent la traite d’êtres humains et le trafic illicite de drogue et d’armes.

Enfin, le Conseil de sécurité souhaite la tenue prochaine d’une conférence économique sur Haïti afin de porter les donateurs à appuyer le Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP) et à verser rapidement leurs contributions destinées au développement et à la stabilité du pays.

Le Président René Préval avait souhaité le maintien des troupes onusiennes, mais a sollicité en vain ces deux dernières années la modification du mandat de la mission onusienne en vue de son orientation vers le développement du pays.

Placée sous commandement brésilien, la MINUSTAH, qui est déployée en Haïti depuis l’été 2004, est composée majoritairement de soldats issus des pays d’Amérique latine. Cette mission, dont le budget annuel s’élève à plus de 500 millions de dollars dans le pays le plus pauvre du continent américain, s’est souvent vu reprocher par des groupes de la population son inefficacité et son caractère de force d’occupation à travers une imposante machine de guerre, mais aussi une armée de fonctionnaires. spp/Radio Kiskeya