> Actualité > Ratification : Contradictions au sein de la commission sénatoriale sur le (...)

Haïti-Parlement-Ratification

Ratification : Contradictions au sein de la commission sénatoriale sur le dossier d’Ericq Pierre

Des pièces essentielles font défaut au Premier ministre désigné, selon le Sénateur Jean Hector Anacacis aussitôt contesté par son collègue et président de la commission, Michel Clérié

Publié le mardi 6 mai 2008

Le bouillant Sénateur de la plate-forme présidentielle Lespwa, Jean Hector Anacacis, a tenu mardi des propos peu rassurants sur les chances de ratification du Premier ministre désigné et a entraîné une riposte vigoureuse de son collègue Michel Clérié, président de la commission spéciale du Sénat, qui a réfuté les allégations relatives à des pièces essentielles qui manqueraient au dossier d’Ericq Pierre.

Anacacis qui, depuis quelques jours, cache très mal son peu de sympathie pour le candidat en piste, a déterré les arguments ayant entraîné en 1997 l’échec de M. Pierre à la Chambre des Députés sous le premier mandat du Président Préval. Le premier Sénateur de l’Ouest a jugé incomplets les documents soumis lundi à la commission sénatoriale de ratification dont il fait aussi partie. Il a notamment évoqué l’absence de documents d’Etat civil prouvant la nationalité haïtienne du Premier ministre désigné et de ses parents ainsi que l’authenticité du titre de propriété dont se prévaut Pierre.

Pour sa part, le président de la commission a tenu à souligner que les déclarations d’Ananacis n’engagent que lui-même. Michel Clérié a indiqué que les arguments de son collègue relatifs aux pièces du candidat n’étaient pas fondés. Le Sénateur social-démocrate de la Grand’Anse a aussi précisé que la commission d’investigation, loin d’être traversée par des dissensions internes, poursuivait son travail en vue de présenter les conclusions de son rapport à l’assemblée.

Une semaine après la désignation d’Ericq Pierre, les nuages s’accumulent au Parlement où les acteurs politiques intervenant dans les tractations en cours deviennent de plus nombreux et hétéroclites avec la formation de nouveaux blocs parlementaires. spp/Radio Kiskeya