" /> "/>

> Actualité > Décès d’Emmanuel "Manno" Sanon, star éternelle du football haïtien

Haïti-Foot-Décès

Décès d’Emmanuel "Manno" Sanon, star éternelle du football haïtien

Un cancer du pancréas a eu raison du légendaire mondialiste de 1974 parti à 56 ans

Publié le jeudi 21 février 2008

Le mythique footballeur haïtien Emmanuel Sanon, surnommé affectueusement "Manno", est décédé jeudi matin à l’âge de 56 ans d’un cancer du pancréas dans sa résidence à Orlando, en Floride, a appris Radio Kiskeya.

En phase terminale depuis quelque temps après avoir suivi sans succès de longues séances de chimiothérapie et radiothérapie, le disparu avait perdu ces derniers jours l’usage de la parole avant de plonger dans le coma. Il s’est éteint au milieu de ses proches dont son épouse Suzie Sanon et leurs quatre enfants, trois filles et un garçon.

La date et le lieu des funérailles doivent être annoncés ultérieurement.

Véritable icône du ballon rond dans son pays et ancien sélectionneur national, Sanon était entré dans l’histoire le 15 juin 1974 en Allemagne. Ce jour-là, il mit fin à l’invicibilité de Dino Zoff, lors du match de poule Italie vs Haïti (3-1), à l’occasion de l’unique participation d’Haïti à une phase finale de Coupe du monde. Recevant parfaitement une passe géniale de plus de 40 mètres de son compère Philippe Vorbe, le très dangereux avant-centre s’engouffra dans la défense transalpine, élimina son garde du corps Spinosi puis enchaîna crochets et feintes de corps allant de la gauche vers la droite pour se débarrasser du célèbre gardien de la Squadra Azzurra qui venait d’aligner une série impressionnante de 19 matches consécutifs sans concéder le moindre but.

Haïti concéda la défaite face aux doubles champions du monde italiens, mais ce but retentissant fit le tour de la planète et fut classé à la fin du XXe siècle parmi les 100 plus beaux de l’histoire de la Coupe du monde.

Pendant quatre ans, il fut l’auteur de 47 des 106 réalisations de la sélection nationale.

L’expérience allemande qui se solda par une élimination dès le premier tour (trois défaites contre l’Italie 3-1, l’Argentine 4-1 et la Pologne 7-0) mit tout de même le baume au cœur des haïtiens fiers de voir leur pays entrer dans le club fermé des seize meilleures nations du football. Portée en triomphe par tout un peuple qui fredonnait l’hymne populaire "Toup Pou Yo", l’équipe haïtienne avait en 1973 conquis à Port-au-Prince le titre de championne de la CONCACAF en devançant ses principaux rivaux de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale et de la Caraïbe.

Considéré comme le plus grand attaquant haïtien de tous les temps, "Manno" Sanon fut à cette époque l’idole de la jeunesse et déchaîna les passions partout avec d’autres gloires du onze national comme Philippe Vorbe, Jean-Claude Désir dit "Tom Pouce" ou encore Pierre Bayonne et Guy Saint-Vil.

Né le 25 juin 1951 à Port-au-Prince dans une modeste famille originaire de la province, ce footballeur de légende fut remarquable tant par ses accélérations fulgurantes que par sa technique et son incroyable habileté de chasseur de buts. Après s’être révélé dans le championnat interscolaire aux lycées Anténor Firmin et de Pétion-Ville, il gravit rapidement les échelons pour devenir la superstar du Don Bosco de Pétion-Ville avant de connaître une brillante carrière au Beerschot d’Anvers. Premier joueur haïtien à évoluer dans le football professionnel européen, avec le club anversois, il remporta notamment la coupe de Belgique au cours de la saison 1979-80 en décrochant la distinction de meilleur joueur (MVP).

Sa merveilleuse expérience au Beerschot devait durer cinq saisons, de 74-75 à 79-80.

Le champion, qui joua contre le "Roi" Pelé et évolua dans les plus grands stades du monde, était revenu en Haïti en 1997 après 23 ans d’absence. Durant son séjour de deux ans, il dirigea la sélection nationale qu’il abandonna toutefois au bout de quelques mois à cause de résultats en dents de scie et d’une gestion calamiteuse des instances dirigeantes du football.

En dépit de la gravité de sa maladie, il se trouvait l’année dernière parmi les anciennes gloires de 1974 qui étaient revenues à Port-au-Prince à l’invitation du Président René Préval.

"Manno" Sanon rejoint dans l’au-delà deux autres acteurs de l’épopée de 1974, Arsène Auguste surnommé "Ti Pelao" et Fritz "Fito" Léandre.
spp/Radio Kiskeya