> Actualité > Plus de 2.000 sans-papiers haïtiens rapatriés jeudi par les autorités (...)

Haïti-R. Dominicaine/Immigration

Plus de 2.000 sans-papiers haïtiens rapatriés jeudi par les autorités dominicaines

Rien ne semble pouvoir arrêter l’offensive tous azimuts lancée contre l’immigration clandestine

Publié le vendredi 25 janvier 2008

Les autorités dominicaines ont procédé jeudi au rapatriement de 2.002 sans-papiers haïtiens arrêtés ces derniers jours en territoire voisin, selon des sources militaires citées par EFE.

Pour la plupart, les clandestins tentaient de se rendre à Santo Domingo et dans les provinces de Santiago et Puerto Plata (nord).

Le commandant du Corps spécialisé de sécurité frontalière (CESFRONT) à Dajabòn (nord-ouest), le colonel Rafael Brea, a indiqué que l’organisme a appréhendé 1.150 des rapatriés.

De son côté, l’armée dominicaine précise qu’au poste militaire du secteur de la Bomba, à Dajabòn, des soldats déployés à la frontière haïtiano-dominicaine ont arrêté et déféré devant un tribunal deux ressortissants dominicains, Eladio Simòn Valdez et Pedro Julio Dìaz Molina, qui transportaient 18 haïtiens à bord de deux véhicules.

Les autorités militaires ont parallèlement accusé Dìaz Molina d’avoir tenté de soudoyer des soldats peu après son interpellation.

D’autre part, sept sans-papiers haïtiens, cinq hommes et deux femmes, ont été abandonnés complètement nus par quatre individus qui les avaient dépouillés de leur argent et de leurs effets personnels. Les victimes ont été secourues par une patrouille mixte du CESFRONT et de l’armée dans le secteur dénommé Callejòn de Leìto à Sànchez (près du territoire haïtien). Les assaillants dominicains se sont enfuis en voyant les garde-frontaliers arriver tandis que les migrants ont été remis à la direction de la migration afin d’être rapatriés.

Le Corps spécialisé de sécurité frontalière et les Forces Armées dominicaines ont redoublé de vigilance ces dernières semaines afin de faire face à l’augmentation des flux de réfugiés économiques haïtiens à la frontière.

Des milliers de sans-papiers ont été déportés souvent au mépris de leurs droits fondamentaux. spp/Radio Kiskeya