> Actualité > Inondations au Cap-Haïtien et dans d’autres communes du Nord : Au moins deux (...)

Haïti-Intempéries-Inondations

Inondations au Cap-Haïtien et dans d’autres communes du Nord : Au moins deux morts et d’importants dégâts

250 personnes ont dû être évacuées des zones à risques alors qu’une catastrophe était redoutée dans plusieurs localités ; la Grand’Anse également touchée par la montée des eaux

Publié le dimanche 11 novembre 2007

De nouvelles inondations enregistrées depuis samedi soir au Cap-Haïtien (274 km au nord de Port-au-Prince), dans d’autres régions du Nord et dans la Grand’Anse ont fait au moins deux morts, d’importants dégâts matériels et entraîné l’évacuation de 250 personnes, ont indiqué dimanche soir les responsables des comités départementaux de la protection civile aux correspondants locaux de Radio Kiskeya.

Vico Laguerre, âgé d’une trentaine d’années, a péri noyé en tentant de traverser à gué des eaux en furie dans le quartier populaire de Sainte-Philomène. Pour sa part, Eliana Ilionor, 45 ans, est morte électrocutée sous la pluie dans le bidonville dénommé Shada. Elle a été victime de la chute d’une ligne de haute tension pendant que des riverains installaient une prise clandestine.

Selon le Centre national de météorologie, ces nouveaux bouleversements climatiques, après le lourd bilan laissé par le passage de la tempête tropicale Noël, il y a moins de deux semaines, sont causés essentielement par la présence de deux systèmes près de la République Dominicaine où l’alerte rouge a été décrétée et sur la mer des Antilles.

Dimanche soir, plusieurs quartiers de la deuxième villle du pays dont Haut du Cap, Petite Anse et Village Historique étaient complètement sous les eaux. Les pluies qui continuaient de s’abattre sur tout le département affectaient considérablement les communes de Quartier Morin et Grande-Rivière du Nord de même que Bois de l’Anse, une section communale de Limonade. Au moins 250 personnes ont dû être placées dans des abris provisoires.

Parallèlement, le maire principal du Cap-Haïtien, Michel Saint-Croix, a annoncé la destruction d’un certain nombre de maisonnettes bâties dans des zones à risques ou sur des canaux d’évacuation.

Les inondations ont déjà touché profondément les infrastructures routières, rendant la circulation impossible entre diverses localités. Les axes Baron/Grande-Rivière du Nord, Baron/Ranquitte et La Victoire/Pignon étaient coupés.

En dépit des proportions alarmantes que prenaient un peu plus l’intensité de la pluviométrie et les crues des rivières, le délégué départemental du Nord, Georgemain Prophète a affirmé que tout était sous contrôle après avoir tenu une réunion d’urgence avec des organismes d’Etat et les représentants de la communauté internationale dont la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH). Cependant, M. Prophète craignait une détérioration de la situation si le régime des précipitations ne faiblissait pas.

Une délégation ministérielle ayant à sa tête les titulaires de la culture, Eddy Lubin et de la justice, René Magloire se trouvait cette fin de semaine dans le Nord où elle devait sillonner les communes sinistrées.

Dans la Grand’Anse, des inondations ont touché le centre de Jérémie et une zone située entre l’entrée de la ville et le quartier populaire de Sainte-Hélène. Aucune victime n’était signalée, mais au moins plusieurs maisonnettes ont été endommagées.

Des pluies importantes se sont aussi abattues sur toutes les communes du Nord-Ouest, en particulier Port-de-Paix où séjourne une délégation gouvernementale dirigée par le ministre des finances, Daniel Dorsainvil et le Secrétaire d’Etat à la sécurité publique, Eucher-Luc Joseph.

Le bilan encore provisoire du passage de Noël sur Haïti fait état de 66 morts, une quinzaine de disparus, plus d’une centaine de blessés et des milliers de familles sinistrées.

Très active depuis son ouverture officielle en juin, la saison cyclonique dans l’Océan Atlantique prend fin le 30 novembre. spp/Radio Kiskeya