> Actualité > L’ex-responsable de la DCPJ, l’inspecteur général Michaël Lucius, blessé par (...)

Haïti-Insécurité

L’ex-responsable de la DCPJ, l’inspecteur général Michaël Lucius, blessé par balle

Vraisemblablement, Lucius a été la cible des tireurs

Publié le mercredi 26 septembre 2007

L’ex-chef de la Direction Centrale de Police Judiciaire (DCPJ), l’inspecteur général Michaël Lucius, a été blessé par balle mardi soir à Frères (Pétion- Ville, Est de Port-au-Prince) par des inconnus armés.

On ignorait encore, tard dans la soirée de mardi, les circonstances exactes de l’incident. Mais, selon des sources proches du haut-gradé de la police, il a été atteint d’au moins deux projectiles, dont l’un au thorax. Il devait subir une intervention chirurgicale dans un centre hospitalier de la capitale, selon les mêmes sources qui précisent que, vraisemblablement, Lucius a été la cible des tireurs.

Toutefois, le commissaire divisionnaire serait hors de danger, selon des sources médicales contactées par Radio Kiskeya.

Le véhicule service de l’Etat, immatriculé SE-0860, à bord duquel circulaient les auteurs de l’attentat a été abandonné à Frères. La police de Pétion-Ville l’a retrouvé avec un fusil Galil à l’intérieur.

Michaël Lucius qui avait la réputation d’être l’un des plus efficaces des officiers de la PNH dans la lutte contre le grand banditisme, dont le trafic illicite des stupéfiants et le kidnapping, avait dû démissionner de son poste de directeur central de la police judiciaire au terme d’une véritable saga qui l’avait mis aux prises avec un juge d’instruction près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Napela Saintil. Ce dernier avait décerné des mandats d’amener contre lui et deux autres policiers sous l’accusation de "complicité de kidnapping". Ce qu’il avait obstinément démenti jusqu’à un arrêt en sa faveur de la Cour de Cassation, la plus haute instance judiciaire du pays.

L’affaire avait pris une telle dimension qu’elle commençait à menacer sérieusement les rapports entre la PNH et le système judiciaire. Le juge Napela Saintil devait d’abord se dessaisir du dossier. Michaël Lucius devait peu de temps après annoncer sa démission de la DCPJ.

Jusqu’à l’agression dont il vient d’être l’objet, Michaël Lucius remplissait la fonction de conseiller en matière d’enquête judiciaire au sein du cabinet particulier du commandant en chef de la police, Mario Andrésol. [jmd/RK]