> Actualité > L’ex-Président et leader du RDNP, Leslie Manigat, part à la retraite (...)

Haïti-Manigat-Retraite

L’ex-Président et leader du RDNP, Leslie Manigat, part à la retraite politique

Myrlande Hyppolite Manigat succède à son mari et vise la Présidence en 2011

Publié le dimanche 5 août 2007

L’ancien Président démocrate chrétien haïtien Leslie Manigat, 77 ans, secrétaire général et leader politique depuis 28 ans du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), s’est officiellement retiré de la vie politique à l’issue de la huitième convention nationale du parti qui a désigné samedi son épouse Myrlande Hyppolite Manigat pour lui succéder.

"Le roi est mort, vive le roi ! Leslie s’en va Myrlande arrive", s’est exclamé l’un des ténors de la faune politique haïtienne de ces 40 dernières années devant un parterre de congressistes et d’invités réunis dans la salle du Palais de l’art à Delmas (nord de Port-au-Prince). Des dirigeants politiques et hommes d’affaires avaient fait le déplacement, parmi eux l’ancien Président militaire, le général Prosper Avril (1988-1990) et le président du parti Fusion des Sociaux-Démocrates, Victor Benoît.

Avouant avoir vécu des moments d’exaltation au cours de sa longue carrière politique, Manigat a aussi exprimé sa déception et sa tristesse devant "les infâmies" dont il estime avoir été victime.

Sa successeure a, quant à elle, annoncé d’entrée de jeu son intention de se présenter aux prochaines présidentielles dans un peu plus de trois ans. Pour espérer devenir la première femme élue à la tête du pays et recevoir en 2011 l’écharpe présidentielle des mains de René Préval, Myrlande Manigat appelle à la mobilisation du RDNP, à la rénovation du parti et à des soutiens financiers importants tout en maintenant le cap sur la continuité doctrinale.

"La tête froide, le cœur chaleureux et les mains pures", tel est le nouveau slogan de la cadette des Manigat, bientôt septuagénaire. Elle souitient que ceux qui avaient accordé leur vote à la Plate-Forme Lespwa (Espoir) du Président Préval désespèrent déjà.

Pour sa part, le vétéran Martial Célestin, 94 ans, Premier ministre de Leslie Manigat en 1988 et l’un des plus anciens avocats d’Haïti, a prédit que la nouvelle secrétaire générale serait la prochaine Présidente du pays dans le sillage du courant politique féminin international qui a donné naissance à Ellen Johnson Sirleaf, Michelle Bachelet, Angela Merkel et bien d’autres.

Mal élu le 17 janvier 1988 lors d’un scrutin boycotté par les principaux cadidats à la suite du massacre électoral du 29 novembre 1987, Leslie François Roc Manigat, ancien collaborateur de François Duvalier avant de devenir rapidement son farouche opposant, n’avait dirigé le pays que pendant quatre mois (7 février-19 juin) avant d’être renversé par le général Henri Namphy.

Historien formé à l’Ecole des annales, politologue et essayiste, M. Manigat a enseigné dans des universités françaises, caribéennes et vénézuéliennes. Petit-fils du général François Manigat, figure politique importante du 19e siècle, il est considéré en Haïti comme l’un des intellectuels majeurs de ces dernières décennies. spp/RK