> Actualité > Point de l’actualité

Haiti-Actualités

Point de l’actualité

Publié le lundi 8 juin 2020

2 juin 2020

*Le directeur général du ministère de la santé publique et de la population, le docteur Lauré Adrien informe de l’ouverture de deux nouveaux centres de prise en charge des personnes atteintes du nouveau Coronavirus. L’un au centre Olympique de Canaan et l’autre à Delmas 2.
Le centre de Canaan dispose de 200 lits et celui de Delmas 2 a une capacité de 40 lits, selon le docteur Lauré Adrien, co-président de la commission multisectorielle sur le Coronavirus.
Au moins 6 personnes atteintes du Covid-19 et qui recevaient des soins au centre de Delmas 2 n’ont pas survécu, a aussi précisé le médecin.
Pour ce qui est du centre de prise en charge qui a été installé à Canaan, il commencera à recevoir des patients du Covid à partir de ce week-end, a informé le docteur Lauré Adrien.

- Pour sa part, le docteur Jean William Pape, également co-président de la commission multisectorielle, invite tout citoyen qui présente des symptômes du nouveau Coronavirus entre autres, fièvre, toux, difficultés respiratoires et céphalée à consulter au plus vite un médecin.
Le responsable du centre Gheskio invite également les citoyens à appliquer les mesures-barrière pour réduire les risques de propagation de la maladie.
*Le responsable du service juridique des archives nationales, Me Jean Salnave Exantus, est décédé mardi des suites du nouveau Coronavirus. Il avait 59 ans.
Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval, affirme que le défunt avait des problèmes respiratoires.
Me Exantus qui avait intégré le barreau de Port-au-Prince en 1995 était considéré comme un modèle, a fait savoir Me Dorval.
Consternés par les dernières déclarations du secrétaire général de l’OEA sur la durée du mandat de Jovenel Moise, des organismes de droits humains et des organisations de la société civile, lui adressent un véritable mémorandum sur ce que disent exactement la Constitution haïtienne et la loi électorale en vigueur.

*L’ancien président du Sénat, Youri Latortue, minimise les déclarations du secrétaire général de l’organisation des Etats Américains (OEA), Luis Almagro, qui affirme que le mandat du président Jovenel Moïse prendra fin le 7 février 2022.
Le parlementaire rappelle que, selon la charte de l’organisation hémisphérique, c’est l’assemblée générale qui doit décider de la position de l’OEA.
Dans une interview à Radio Kiskeya, le sénateur Latortue rappelle que le président Moïse avait contribué à l’élection de M. Almagro à la tête de l’OEA. Il parle d’un retour d’ascenseur.

- Par ailleurs, l’ancien président du sénat continue de critiquer la gestion de la crise du nouveau Coronavirus par le gouvernement, notamment en ce qui a trait au fonds que l’administration du président Moïse affirme avoir déjà engagé.

*L’ancien député de L’Estère, Renald Exantus, a lui aussi dénoncé ce qu’il appelle l’ingérence de l’OEA dans les affaires internes d’Haïti et parle de violation de la charte de l’organisation hémisphérique.
Il affirme qu’il n’y a pas lieu de débattre autour de la fin du mandat du président Jovenel Moïse le 7 février 2021.

*Le coordonnateur de la plateforme politique Vérité, Génard Joseph, a lui aussi critiqué la façon dont le gouvernement gère la crise du nouveau Coronavirus.
Le dirigeant politique invite toutefois la population à continuer à appliquer les mesures barrières en vue de réduire les risques de propagation de la maladie dans le pays.

- Par ailleurs, le numéro un de la plateforme politique Vérité, Génard Joseph, souligne lui aussi que le mandat du président Jovenel Moïse prendra fin le 7 février 2021.
Il a lui aussi critiqué la position du secrétaire général de l’OEA qui affirme que Jovenel Moïse doit rester au palais national jusqu’au 7 février 2022.
*Le secrétaire exécutif de la plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH), Alermy Pièrvilus a lui aussi dénoncé la prise de position du secrétaire général de l’OEA sur le dossier de la fin du mandat du président Jovenel Moïse. Une position qui, dit-il, ne cadre pas avec la mission de l’organisation.
Le défenseur des droits humains plaide en faveur du respect de la constitution qui, a-t-il dit, prévoit que le président Moïse doit laisser le palais national le 7 février 2021.

*Le Ministère de la justice et de la sécurité publique informe que, dorénavant, les citoyens haïtiens n’auront aucun frais à payer pour obtenir l’acte de naissance d’un nouveau-né.
Le directeur des affaires juridiques du MJSP, Me Levelt Milord, informe que des dispositions seront adoptées en vue de faire appliquer cette mesure

3 juin 2020

*L’hôpital universitaire La Paix fonctionne actuellement avec une quantité réduite d’employés et suivant un horaire flexible, informe son directeur médical, le docteur Frantz Gérald Nerette.
La priorité est accordée aux cas d’urgence dont les femmes enceintes et les victimes d’accidents.
S’agissant des patients présentant des symptômes du nouveau Coronavirus, le docteur Nerette informe que l’hôpital universitaire La Paix sollicite en général les services du laboratoire national de santé publique.
Si le patient est testé positif au Covid-19, il est pris en charge par les autorités sanitaires, a-t-il fait savoir.

*Le responsable de la Croix Rouge Haïtienne, le docteur Ernst Noel, a démenti les allégations faisant état d’un arrêt de travail au sein de l’institution.
Le docteur Noel, qui n’avait pas voulu faire de déclaration enregistrée, parle de préférence d’une réduction du personnel technique à cause de la crise du nouveau Coronavirus.
Il souligne que c’est toute l’administration publique qui est frappée par cette mesure.

*Le maire de Carrefour, Jude Edouard Pierre, dément les allégations selon lesquelles des riverains aurait brulé vif, à Lamentin 52, une personne suspectée du nouveau Coronavirus.
La victime, qui vivait seule, est décédée dans un incendie accidentel de sa maison après s’être endormie en laissant une bougie allumée, rapporte le maire Jude Edouard Pierre, qui cite les rapports de police et des autorités judiciaires.

- Le président de la fédération nationale des magistrats haïtiens (FENAMH), Jude Edouard Pierre, a plaidé en faveur d’un accord politique en vue de permettre aux maires de rester en fonction au terme de leur mandat en juillet prochain, faisant remarquer qu’aucune élection municipale n’a jusqu’ici été organisée pour pourvoir à leur remplacement.
L’édile de Carrefour juge anormal que, depuis l’adoption de la constitution de 1987, les élections municipales n’aient jamais été organisées à temps de manière à ce que des maires soient remplacés par des élus.

*L’ancien représentant de la circonscription de Grande Saline dans la 49e législature, l’ex-député Joseph Wilbert Deshommes, affirme qu’il n’y a pas lieu de débattre autour de la fin du mandat du président Jovenel Moïse, le 7 février 2021.
L’ex-parlementaire soutient que l’article 134-2 de la constitution établit clairement que Jovenel Moïse n’aura plus de mandat à partir du 7 février 2021.
Il invite le chef de l’Etat à démissionner pour éviter de plonger le pays dans la crise.
L’ex-parlementaire dénonce par ailleurs la position du secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro qui affirme que le mandat du chef de l’Etat haïtien prendra fin en février 2022.

*Jorchemy Jean-Baptiste et Pascal Adrien, respectivement ancien directeur de cabinet adjoint et porte-parole de l’ex-premier ministre Jean-Henry Céant, affirment eux aussi que le mandat du président Jovenel Moïse prendra fin le 7 février 2021, suivant le vœu de la constitution.
Ils plaident en faveur d’un accord politique entre toutes les forces vives de la nation en vue, disent-ils, d’éviter au payer de sombrer dans le chaos à partir du 7 février 2021.
Ces activistes dénoncent également la mauvaise gestion de la crise du nouveau Coronavirus par le gouvernement.

*Plusieurs jeunes professionnels ont participé mercredi à un sit-in devant les locaux de l’Office de management des ressources humaines, OMRH, en vue de réclamer leur intégration dans l’administration publique.
Les protestataires, dont la plupart sont des membres du corps d’ingénieurs civils et architectes (CICA) et du corps des administrateurs civils de l’Etat, affirment qu’ils font partie d’un groupe de plus de 200 jeunes qui avaient participé à un concours organisé par l’OMRH en vue de leur intégration dans l’administration publique.
Ils affirment remplir toutes les conditions requises après avoir réussi le concours en 2018, pour pouvoir intégrer l’administration publique.
Le feu de la mobilisation restera allumé jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites, ont-ils fait savoir.

*Le Mouvement unifié des travailleurs haïtiens, MUTH, et le syndicat des chauffeurs et propriétaires de Fonds-Vêrettes et du Sud-Est (SYCAPFOSE), ont distribué mercredi des cache-nez aux chauffeurs et passagers sur plusieurs circuits du département du sud-est dont Thiotte, Mapou, Grand Gosier, Anse à Pitres et Fonds-Vêrettes.
Une initiative qui participe de la lutte contre la propagation du nouveau Coronavirus dans le pays.
Les syndicalistes en ont profité pour dénoncer l’insalubrité, notamment dans la commune de Croix-des-Bouquets.

- L’un des dirigeants du MUTH, Jacques Anderson Desroches, a émis de vives critiques envers les autorités sanitaires qu’il accuse de n’avoir adopté aucune mesure pour assainir la zone métropolitaine de Port-au-Prince.
Le dirigeant du MUTH fait remarquer que plusieurs chauffeurs sont atteints du nouveau Coronavirus et souligne que le transport en commun est actuellement l’un des principaux vecteurs de propagation de la maladie.

*Plusieurs organisations de base de l’opposition projettent de réaliser des mouvements de protestation les 5, 6 et 7 juin en vue de dénoncer le racisme aux Etats-Unis suite à la mort de George Floyd et dénoncer la façon dont les dirigeants du parti Tèt Kale au pouvoir, gèrent la chose publique.
Ils ne font qu’enfoncer les citoyens dans la misère, déplore Eder Sainvil, le coordonnateur du mouvement « Nou bouke » qui a aussi dénoncé les massacres qu’il accuse des proches du pouvoir d’avoir orchestrés dans les quartiers populaires.
Pour sa part, le secrétaire général de la plateforme « Sove Ayiti » Néhémie Fortuné invite le président Jovenel Moïse à plier bagages à l’issue de son mandat, le 7 février 2021.

- Plusieurs organisations de base expriment leurs sympathies envers les proches de l’afro-américain George Floyd, décédé la semaine dernière suite à son interpellation musclée par des policiers de Minneapolis, aux Etats-Unis d’Amérique.
Les membres de ces organisations confirment leur participation aux mouvements de protestation prévus les 5, 6 et 7 juin pour, entre autres, dénoncer ce meurtre ainsi que la mauvaise gestion de l’équipe Tèt Kale.

*Le comité central du syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH-17) a dénoncé jeudi des persécutions dont ses membres feraient l’objet de la part des autorités.
Le porte-parole du syndicat Abelson Grosnègre fait remarquer que la coordonnatrice générale Yanick Joseph est actuellement sous le coup d’une interdiction de départ.
Grosnègre évoque des manœuvres qui viseraient, selon lui, à déstabiliser le syndicat.
Pour sa part, le coordonnateur adjoint, Jean Lundi Elder, a renouvelé l’engagement du SPNH-17 d’appuyer tout mouvement pacifique de policiers.

- L’un des avocats du SPNH-17, Me Jean Fritz Magny, a dénoncé l’attitude du ministre de la justice Lucmane Délile et de l’inspection générale de la PNH qu’il accuse de s’allier pour essayer de réduire à néant le syndicat de la police.
Des manœuvres réalisées en dehors de la loi, a-t-il fait savoir. Me Magny sollicite la solidarité de la presse dans ce combat.

*Le commissaire du gouvernement a.i de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, appelle les groupes désireux d’organiser des manifestations dans ce contexte de crise du nouveau Coronavirus, à revenir sur leur décision.
Il leur demande de comprendre que le moment n’est pas propice, évoquant des risques de propagation du nouveau Coronavirus.
Lors d’une conférence de presse organisée jeudi au ministère de la justice, Me Lafontant affirme reconnaitre le droit qu’ont les citoyens de manifester, mais il fait remarquer que l’Etat d’urgence réduit certaines libertés.

*Gaël Painson, spécialiste en gestion des incendies, dénonce les conditions difficiles de travail des sapeurs-pompiers en Haïti, en dépit de la crise sanitaire.
M. Painson déplore le manque de matériels et d’équipements de ces professionnels exposés, dit-il, au risque de contamination par le Coronavirus.
Il en a profité pour attirer l’attention des autorités sur le rôle et la mission des sapeurs-pompiers.
*Le secrétaire général de la centrale autonome des travailleurs haïtiens (CATH), Fignolé Saint-Cyr, a appelé jeudi à la fermeture temporaire du parc industriel de Caracol, suite à la découverte d’au moins 10 cas positifs au Covid-19.
Le syndicaliste a exprimé ses vives préoccupations par rapport à la propagation du nouveau Coronavirus dans cet espace et prévient que si aucune disposition n’est adoptée pour désinfecter le parc industriel de Caracol, la situation risque d’être compliquée dans les prochains jours.
Fignolé Saint Cyr n’écarte pas la possibilité que la CATH porte plainte contre le gouvernement par devant des instances nationales et internationales pour sa « mauvaise gestion » de la crise sanitaire.

*En dépit de la crise du nouveau Coronavirus, la 26e édition de la foire « Livres en folie » aura bel et bien lieu cette année avec Eveline Trouillot comme invitée d’honneur.
Il s’agira d’une édition virtuelle qui sera organisée du 8 au 14 juin à travers les sites www.lenouveliste.com ; www.unibankhaiti.com ; www.livresenfolie.com

- Le directeur du journal Le Nouvelliste, l’un des organisateurs de la foire, Max Chauvet, informe que 942 titres seront disponibles et 21 auteurs auront à dédicacer leurs ouvrages.
Pour sa part, le rédacteur en chef du Nouvelliste Frantz Duval, informe qu’une bibliothèque virtuelle appelée « Grillot » mettra 300 titres à la disposition du public.

- La présidente de Communication Plus, Anaise Chavenet, qui participe également à l’organisation de cette fête du livre, a fait savoir que les lecteurs pourront se faire livrer leurs ouvrages achetés sur internet moyennant une contribution de 300 gourdes ou les récupérer aux points de distribution.
Pour les acheteurs des villes de province, les ouvrages seront disponibles dans les succursales de la UNIBANK, partenaire de l’évènement.
Pour sa part, le vice-président du conseil d’administration de la UNIBANK, Guy Supplice, précise que les acheteurs peuvent payer entre autres avec des cartes de crédit ou avec la carte de débit Unibank Tout Kote.
Un rabais additionnel de 10% sera accordé pour tout achat effectué avec la Unicarte, a-t-il précisé.

- Le ministre de la culture et de la communication, Pradel Henriquez, appelle les citoyens à prendre part à cette foire. Il affirme que le ministère encourage les initiatives qui incitent à la lecture.
De son côté, la directrice du bureau haïtien des droits d’auteurs (BHDA), Emmelie Prophète, annonce qu’en dépit du fait que l’édition 2020 de « Livres en folie » sera virtuelle, il y aura une visite à la bibliothèque Eveline Trouillot.
*Plusieurs acteurs politiques continuent d’appeler le président Jovenel Moïse à reconnaitre que son mandat prendra fin le 7 février 2021.
Fritznel Pierre-Louis et Didier Penel de « Alyans Pèp » font remarquer que le président Moïse avait renvoyé des parlementaires en janvier dernier.
Ce processus, disent-ils, devrait continuer avec le renvoi des autorités municipales au cours de ce mois de juin pour prendre fin avec le départ du chef de l’Etat le 7 février 2021.

- Pour sa part, le porte-parole de cette structure de l’opposition, Clacky Lambert, a vivement critiqué la façon dont le gouvernement haïtien gère la crise du nouveau Coronavirus.
Les dirigeants haïtiens profitent de cette crise sanitaire pour renforcer la corruption au sein de l’administration, a-t-il déploré.

4-5 juin 2020

Le directeur de l’administration pénitentiaire (DAP), Charles Nazaire Noel, a confirmé vendredi que des cas positifs au nouveau Coronavirus ont été enregistrés dans plusieurs centres carcéraux du pays.
Dans une interview accordée à radio Kiskeya, il évoque notamment la prison civile de Jérémie, dans le département de la Grand-Anse où 7 cas positifs au Covid-19 ont été, à date, enregistrés ; le Cap-Haïtien 4 cas positifs, et la prison civile de Fort-Liberté qui a enregistré 3 cas.
Au Pénitencier national, au moins 12 détenus ont été testés positifs au Covid-19. Le dernier en date est l’homme d’affaires Clifford Brandt, a-t-il fait savoir.
La Direction de l’Administration Pénitentiaire attend les résultats d’autres tests pour savoir si d’autres prisonniers sont atteints de la maladie, a dit Charles Nazaire Noel, affirmant que des mesures ont été prises en vue d’administrer des soins aux prisonniers testés positifs au Covid-19.

*L’économiste Emmanuela Douyon, membre de la structure qui dirige le mouvement des Petro Challengers « Nou pap dòmi », a exprimé vendredi ses préoccupations par rapport à la façon dont le gouvernement gère la crise sanitaire provoquée par la présence du nouveau Coronavirus dans le pays.
Elle affirme qu’actuellement « Nou pap dòmi » est en train de collecter des informations relatives à l’utilisation des fonds engagés par l’Etat haïtien pour faire face au Covid-19.
Elle invite la Cour supérieure des Comptes à plancher sur ce dossier et rappelle que le gouvernement s’était engagé par devant le fonds monétaire international à présenter des rapports d’audit sur la gestion de l’Etat d’urgence sanitaire.

*Le responsable du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE), Edouard Paultre, estime que l’administration du président Jovenel Moïse, qui selon lui fait preuve de non transparence dans la gestion de la crise sanitaire, n’a tiré aucune leçon du dossier Petro Caribe.
Les citoyens ont le droit d’être informés sur la façon dont les fonds sont utilisés notamment en ce qui a trait à l’achat des matériels et équipements médicaux, soutient le dirigeant de la société civile.

- Par ailleurs, Edouard Paultre, affirme qu’il n’y a pas lieu de débattre de la fin du mandat du président Jovenel Moïse, le 7 février 2021.
Il invite le chef de l’Etat à reconnaitre son échec à la tête de la magistrature suprême et à se trouver une sortie honorable le 7 février de l’année prochaine.
S’agissant de la position du secrétaire général de l’Organisation des Etats Américains (OEA), Luis Almagro, qui affirme que le quinquennat de M. Moïse prendra fin le 7 février 2022, Edouard Paultre dénonce ce qu’il appelle : « un trafic de la mission de l’organisation hémisphérique par le diplomate uruguayen ».
Il appelle les acteurs de la vie nationale haïtienne qui ne partagent pas la position de M. Almagro, à exiger de lui des excuses au peuple haïtien.

*L’organisation politique Fanmi Lavalas, a dénoncé vendredi, des actes terroristes perpétrés contre les habitants de plusieurs quartiers populaires de la capitale haïtienne.
Le porte-parole du parti de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, Jodson Durogène, informe que de nombreux citoyens ont déjà été victimes de ces actes, notamment dans la commune de Cité Soleil.
Il dénonce également la mauvaise gestion, par le gouvernement de la crise sanitaire provoquée par la présence du nouveau Coronavirus dans le pays.

- Pour sa part, le docteur Charles Gédéon, porte-parole adjoint de l’organisation, informe que Fanmi lavalas est prête à dialoguer avec les autres structures qui participent dans la lutte visant à débarrasser le pays du régime PHTK au pouvoir.
Il dénonce ce qu’il appelle une bande de dilapidateurs qui veulent accaparer les maigres ressources du pays dans le but de financer des candidats appelés à prendre part à des élections truquées.

*La mairie de Carrefour a annoncé vendredi, lors d’une conférence de presse, un ensemble de dispositions en vue de continuer à lutter contre la propagation du nouveau Coronavirus dans cette commune.
Le maire Jude Edouard Pierre informe que sur les 180 personnes que le gouvernement central affirme avoir testées positives au Covid-19 à Carrefour, les autorités communales n’ont identifié que 19.
Jude Edouard Pierre plaide en faveur d’une meilleure collaboration entre l’administration centrale et les autorités municipales en vue d’une meilleure gestion de la crise.

- Le consultant de STOP Accidents, le docteur Garnel Michel, ainsi que le président de l’association des propriétaires chauffeurs d’Haïti (APCH), Changeux Méhu, qui participaient à la conférence donnée par le Maire saluent la façon dont, selon eux, ce dernier aborde la crise sanitaire.
Le transport public constitue l’un des vecteurs de transmission de la maladie, ont-ils fait remarquer, tout en invitant la population à collaborer avec les autorités municipales dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

- Pierre Bellamy Samedy, le représentant des autorités policières de Carrefour qui participait également à la rencontre, informe que depuis l’apparition de la maladie dans le pays le 19 mars dernier, la police nationale n’a jamais cessé d’accompagner la justice et les autorités municipales en vue de faire respecter les principes barrières pour limiter les risques de propagation de la maladie.
Plusieurs restaurants dansant et des piscines payantes ont été contraints de fermer leurs portes pour non-respect de ces principes, a-t-il fait savoir.

- Le secrétaire général du rassemblement des démocrates nationaux progressistes haïtiens (RDNP), Eric Jean-Baptiste, avait lui aussi pris part à la conférence du Maire Jude Edouard Pierre.
L’homme d’affaires et ancien candidat à la présidence a lui aussi salué la façon dont le maire gère la crise dans sa commune.
Il affirme avoir donné à l’administration communale des équipements dont des châteaux d’eau, des lunettes de protection et des cache-nez, en vue d’aider les citoyens à mieux se protéger contre la maladie.

*A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, célébrée cette année autour du thème de la biodiversité, les ministères de l’environnement, du tourisme et de la jeunesse et des sports ont paraphé un protocole d’accord en vue d’une meilleure protection de l’écologie.
Le ministre de l’environnement, Abner Septembre, affirme qu’il est important de saisir l’occasion de mettre sur pied des structures visant à mieux protéger l’environnement. Il évoque notamment la promotion et le développement de programmes universitaires autour de la protection de l’environnement.
Il parle également de la promotion des éco-citoyens et d’un tourisme responsable qui protège les richesses du patrimoine national.

- Le ministre de la jeunesse, des sports et de l’action civique, Mars Artiste, soutient pour sa part que l’écologie est l’affaire de tout un chacun. Il affirme que sans des initiatives visant à protéger l’environnement, les 20 prochaines années seront très difficiles pour le pays.
Aussi, encourage-t-il l’implication des jeunes dans la lutte en faveur de la protection de l’environnement

6-7 juin 2020

*L’inspecteur principal Merandieu Jean-Baptiste s’est suicidé dimanche au commissariat des Gonaïves. L’information a été confirmée par le porte-parole de la police dans la Cité de l’indépendance.

*À l’initiative de « 509 fantôme » qui se présente comme un regroupement d’agents de la police nationale d’Haïti, des dizaines de personnes, pour la plupart des policiers, ont manifesté le dimanche 7 juin à Port-au-Prince, en vue de réclamer de meilleures conditions de travail pour les membres de l’institution policière.
La manifestation, qui avait démarré au Centre-Ville, a parcouru plusieurs rues de la capitale, Port-au-Prince. Des agents de la PNH, à bord de véhicules blindés avaient lancé des bonbonnes de gaz lacrymogène en direction du cortège, à plusieurs endroits sur le parcours.
Des membres d’organisations populaires avaient également pris part au défilé. Le message final a été délivré devant les locaux du ministère de la justice et de la sécurité publique.

- Plusieurs militants politiques de l’opposition avaient gagné les rues dimanche lors de la manifestation des policiers. Ils avaient érigé des barricades de pneus enflammés sur la chaussée, paralysant, à certains endroits, la circulation automobile.
Ces protestataires ont été très critiques vis-à-vis des policiers en uniforme, qui ont dispersé la foule. Ils en ont profité pour rappeler au président Jovenel Moïse que son mandat prend fin le 7 février 2021.

- Le coordonnateur de l’organisation populaire « Alyans Pèp », Didier Benel, invite lui aussi le chef de l’État à quitter le palais national le 7 février 2021.
C’est un processus qui, dit-il, avait été initié avec le départ de plusieurs sénateurs en janvier 2020, qui se poursuivra avec celui des maires au cours de ce mois de juin et qui prendra fin avec le départ du président Moise le 7 février 2021, affirme le militant politique.

*Décès vendredi du professeur Jacques Gérard Duplessis, secrétaire général de l’École Normale Supérieure (ENS). Il avait 82 ans. Le professeur Duplessis a succombé 19 jours après avoir subi une intervention chirurgicale pour une occlusion intestinale, selon l’une de ses filles.
Souma Juste Duplessis informe que les funérailles de son père devaient avoir lieu samedi à Duvivier, au local de l’organisation dénommée KDR dont il était l’un des dirigeants.

- Le professeur Josué Mérilien a présenté le défunt commune un homme humble, humaniste et qui savait gérer ses relations avec les autres. Sa mort, dit-il, est une grande perte à la fois pour l’ENS, Haïti et le monde.
*À l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, le vendredi 5 juin dernier, le ministre de l’environnement Abner Septembre a présenté le bilan des travaux qu’il affirme avoir réalisés à la tête du MDE depuis sa prise de fonction, il y a environ 3 mois.
Il évoque notamment des visites dans les aires protégées dont le Parc La Visite dans le Nord d’Haïti, le parc Macaya et la Forêt des pins.
Le ministre Septembre a aussi fait état des accords paraphés avec plusieurs autres institutions publiques dont les ministères de la jeunesse, du tourisme et de l’agriculture.
Environ 500 familles ont également reçu une allocation du ministère dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, a encore fait savoir M. Septembre.

*Le gouvernement a adopté vendredi, lors d’un conseil des ministres à l’extraordinaire, un budget rectificatif d’environ 198.7 milliards de gourdes. Le ministère de la santé publique et de la population, en première ligne de la lutte que le gouvernement affirme mener contre le Covid-19, s’est vu allouer 21 milliards de gourdes.
Dans une interview samedi à Radio Kiskeya, l’économiste Kesner Pharel, PDG du groupe croissance, fait remarquer que ce budget rectificatif est adopté à 4 mois de la fin de l’exercice fiscal en cours.
Il estime dommage que le gouvernement ait mis tout ce temps à doter le pays d’une loi de finances rappelant son importance dans l’économie.
*Le responsable des revendications de l’organisation syndicale « Batay Ouvriye », Télémarque Pierre, a exprimé samedi ses préoccupations par rapport à la propagation du nouveau Coronavirus dans le pays alors que, fait-il remarquer, les ouvriers ne disposent pas de matériels et d’équipements pour se protéger contre la maladie dans les usines de sous-traitance.
Au parc industriel de Caracol, dans le nord-est d’Haïti, 13 cas positifs au Covid-19 ont été recensés, a-t-il dit, ajoutant qu’à Port-au-Prince, au parc industriel de la SONAPI, aucune disposition n’a été adoptée pour protéger les ouvriers dont certains présentent des symptômes de la maladie.

*Le secrétaire exécutif de la plateforme des organisations haïtiennes de droits humains (POHDH), Alermy Pierrevilus, a dénoncé la façon dont le gouvernement gère la crise du nouveau Coronavirus.
Il évoque une gestion partisane, dénonçant notamment le décret d’Etat d’urgence qu’il qualifie d’illégal et anticonstitutionnel.
Saluant toute initiative visant à porter dans les rues, les revendications en faveur d’une meilleure gestion de la crise, le militant des droits humains invite tous ceux qui participent à ses manifestations à prendre des mesures en vue de se protéger contre le Covid-19.

*L’un des porte-paroles du parti politique Alternative Socialiste (ASO), le docteur Jean Hénold Buteau, continue lui aussi de dénoncer la façon dont le gouvernement de facto gère la crise sanitaire.
Le médecin a fait savoir qu’il partage la position de l’office de la protection du citoyen (OPC) qui réclame un audit financier des dépenses effectuées pendant l’Etat d’urgence.

*Les responsables de l’organisation de droits humains EGAD (Égalité des droits humains), pressent le ministère de la justice et de la sécurité publique de prendre des dispositions en vue d’organiser, pendant la crise du nouveau Coronavirus, des assises spéciales pour libérer les prisonniers politiques ainsi que les détenus qui avaient commis des délits mineurs.
Me Alix E. Compas, coordonnateur général de l’organisation, et son confrère Eugène Janvier, coordonnateur adjoint, appellent le gouvernement à faire preuve d’humanisme.

*L’ancien député de la troisième circonscription de Port-au-Prince, Printemps Bélizaire, appelle le président Jovenel Moïse à se courber devant la loi mère du pays qui stipule que son quinquennat prendra fin le 7 février 2021.
Dans une interview accordée samedi à Radio Kiskeya, l’ex-parlementaire a demandé aux proches du chef de l’Etat de ne pas cautionner ses violations de la constitution en ce qui a trait notamment à la durée de son mandat.
Il a aussi dénoncé l’attitude du secrétaire général de l’organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, qui affirme que le mandat de M. Moïse prendra fin en 2022.
Si nos ancêtres devraient se plier à la position du « Blanc », Haïti serait encore une colonie, affirme l’ex-parlementaire.
- Par ailleurs, Printemps Bélizaire continue de dénoncer le climat d’insécurité qui prévaut dans le pays notamment au niveau de la 3e circonscription de Port-au-Prince.
Il s’interroge sur l’identité des secteurs qui profitent, dit-il, de cette situation, rappelant qu’à côté des problèmes sécuritaires, les habitants de la 3e circonscription de Port-au-Prince font face à d’autres difficultés.

*Dans une lettre ouverte au premier ministre de facto Jouthe Joseph, le Collectif 4 décembre réclame les résultats, promis par ce dernier, de l’enquête ouverte au sujet des atrocités infligées par des policiers au citoyen Patrick Benoit, dans le cadre d’un conflit terrien.
[Salle des Nouvelles Kiskeya/Dodeley Orelus/Marvel Dandin]

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul