> Actualité > Dilapidation du fond Petro Caribe : Tentative in extremis d’ouvrir un procès (...)

Haïti-Corruption

Dilapidation du fond Petro Caribe : Tentative in extremis d’ouvrir un procès à quelques heures du rejet éventuel par le Sénat du rapport y relatif

Publié le mardi 30 janvier 2018

Me André Michel, assisté de certains députés de l’opposition, a tenté lundi de rendre irréversible un procès sur le dossier Petro Caribe, au cas où le Sénat rejette ce mardi le rapport y relatif, en accompagnant un de ses clients au Greffe du Tribunal civil de Port-au-Prince pour une plainte contre les auteurs de la monumentale dilapidation.

La plainte concerne les administrations Préval/Bellerive, Martelly/Lamothe/Paul, Privert/Jean-Charles, cette dernière ayant débloqué 33 millions de dollars du même fond, précise l’avocat et militant politique.

Le plaignant, Johnson Colin, n’a pas été présenté à la presse, pour raisons de sécurité.

Présent sur les lieux, le député d’Aquin, Jean-Robert Bossé, a estimé venu le moment pour la population de constater si vraiment le président Jovenel Moise qui est également cité dans le rapport Petro Caribe, compte partout des gens pour le blanchir, comme il le dit. Il appelle les citoyens conséquents à s’impliquer résolument dans la lutte contre la corruption.

Son collègue de Cabaret, Manès Louis, ancien commissaire du gouvernement, exhorte le Doyen du Tribunal civil Bernard St-Vil à ne pas céder aux pressions du Palais National en prenant la responsabilité de confier le dossier de la plainte à un magistrat compétent. Il souligne qu’on ne saurait invoquer le principe du « privilège de juridiction » pour Jovenel Moise vu qu’il est indexé dans le rapport Petro Caribe pour un dossier, celui de l’installation de lampadaires solaires à Savannette, qui précède son mandat présidentiel.

Le Sénat se penche ce mardi sur le rapport Petro Caribe. La majorité pro-gouvernementale du Sénat promet d’enterrer solennellement le document. [jmd/RK]