> Actualité > Quatre sénateurs réclament des éclaircissements concernant le dossier de (...)

Haïti-Politique

Quatre sénateurs réclament des éclaircissements concernant le dossier de Jovenel Moïse à l’UCREF

45 millions sur les 55 millions de dollars débloqués pour les élections par le gouvernement haïtien ont déjà été utilisés, selon le ministre des finances Yves Romain Bastien

Publié le mercredi 18 janvier 2017

Le Sénateur Antonio Chéramy (VERITE) justifie sa démarche et celle de 3 de ses collègues auprès du président du Sénat pour qu’il s’assure de la gestion rigoureuse du dossier de corruption présumée de l’UCREF contre le président élu Jovenel Moise avant sa prestation de serment le 7 février prochain.

Le Sénateur du nord Nawoom Marcellus (Bouclier) rejette cette démarche qu’il assimile à une manœuvre de mauvais perdants autour d’un rapport qui ne vise qu’à persécuter l’élu du PHTK. Il se dit confiant en la présence au Sénat de tous les sénateurs le 7 février lors de la prestation de serment de M. Moise.

Guichard Doré du PHTK soutient aussi la thèse de la persécution contre Jovenel Moise au moyen, dit-il, d’un rapport monté de toutes pièces par le juge Sonel Jean-François, directeur général de l’UCREF, lui-même mis en selle par un puissant organisme de droits humains anti-Tèt Kale.

La lettre des 4 sénateurs relative au dossier de l’UCREF de Jovenel Moise sera soumise à la sanction de l’assemblée.

Première session de travail du nouveau bureau du Sénat

Selon le Président Youri Latortue, il a été question, entre autres, de l’invitation du ministre de la justice pour des explications concernant l’arrestation et l’extradition du sénateur élu Guy Philippe.

Constitution d’une "opposition moderne" ?

Allié désormais à l’organisation « Solidarite pou Devlopman Ayiti » (SOLIDH), le MONOP de André Fadot et consorts qui avait soutenu la candidature à la présidence de Jude Célestin, annonce l’option de constitution d’une opposition moderne et démocratique.

45 millions déjà débloqués pour le processus électoral

45 millions sur les 55 millions de dollars débloqués pour les élections par le gouvernement haïtien ont déjà été utilisés, selon le ministre des finances Yves Romain Bastien qui souhaite que les institutions telles que le CEP et le PNUD fournissent un rapport des dépenses effectuées.

M. Bastien annonce le dépôt imminent au Parlement d’un projet de loi sur le financement désormais des élections exclusivement par le Trésor public.

Il souligne d’autre part qu’en matière d’aide internationale post-Matthew, hormis la prime d’assurance après-désastre de 23 millions de dollars versée par la Banque caribéenne de développement, le gouvernement haïtien n’a reçu que seulement 200 mille dollars de Taiwan, l’étranger ayant financé des agences internationales opérant dans le pays. HI/JMD/RK