" /> "/>

> Actualité > Plus d’une quinzaine de morts dans de nouvelles violences à Cité (...)

Haïti-Elections

Plus d’une quinzaine de morts dans de nouvelles violences à Cité Soleil

Mise en cause du pouvoir et de la Police nationale

Publié le dimanche 18 octobre 2015

Plus d’une quinzaine de personnes, originaires de plusieurs quartiers de Cité Soleil (Nord de la capitale) dont "Belekou", "Boston" et "Fort-Dimanche", auraient été abattues vendredi soir au wharf de Jérémie lors d’une intervention effectuée par des éléments de la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID), une unité spécialisée de la Police Nationale d’Haïti (PNH) fraichement constituée.

Les corps de quatre (4) jeunes hommes apparemment criblés de balles et mutilés à l’arme blanche, étaient constatés sur place samedi matin par des reporters de Radio Tele Kiskeya (RTK). Il s’agirait des nommés James Charles, Johnny Sylvestre, Ronald Labonté et Johnny Formélus.

Des riverains en pleurs, ainsi que l’ex-député de la circonscription, Almétis Junior Saint-Fleur, candidat à sa propre succession, ont affirmé samedi matin au micro de Kiskeya que des ambulances ont transporté de nombreux autres corps à la morgue de l’Hôpital de l’Université d’Etat.

L’ex-parlementaire soutient qu’environ vingt (20) autres personnes ont été abattues dans le quartier dénommé « Projet de Drouillard », toujours à Cité Soleil, où la BOID serait également intervenue vendredi soir et où elle a procédé à l’arrestation de cent quarante (140) personnes. Saint-Fleur indique que son frère cadet figure parmi les victimes.

Almétis Junior Saint-Fleur et les habitants interrogés sur place pointent du doigt l’Agent exécutif intérimaire en charge de la Mairie de Cité Soleil, Esaïe Beauchard, et le candidat du parti officiel PHTK (Pati Ayisyen Tèt Kale), Wladimir Jean-Louis, comme les principaux instigateurs des violences et de l’opération policière destinées, selon eux, à garantir la victoire totale du PHTK à Cité Soleil lors de la présidentielle, des législatives et des municipales du 25 octobre prochain.

Un notable de Cité Soleil ayant requis l’anonymat, avait renseigné vendredi soir Radio Télé Kiskeya au sujet du déferlement de la violence pré-électorale dans le plus vaste bidonville de la capitale, marquée par les interventions de la police et l’action des groupes armés. Il avait notamment rapporté l’exécution de deux personnes, tôt vendredi matin, dans le quartier de « Bois Neuf », par le chef d’un des nombreux groupes armés opérant dans la cité, Gabriel Jean-Pierre, réputé proche du pouvoir. L’action est survenue au lendemain d’une visite dans la zone du candidat Almétis Junior Saint-Fleur, a-t-il souligné.

Le même notable de Cité Soleil a dénoncé la violence de l’intervention de la BOID à Fort Dimanche et au wharf de Jérémie où "les policiers ont incendié trois (3) maisons et une dizaine de motocyclettes."

La BOID a officiellement pris fonction le 24 juin 2015. Elle est composée de 254 policiers, dont 18 femmes, ayant reçu une formation spéciale de deux (2) mois de la police de l’ONU et de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Jusque fort tard samedi soir aucun communiqué officiel n’avait été publié autour de la situation et des informations relatives au lourd bilan des morts enregistrées suite à ces dernières violences à Cité Soleil. [Jmd/SPP/ETB/RTK]

Liliane Pierre-Paul éléments Aller à la galerie de Liliane Pierre-Paul